Skip to navigation – Site map
Analyses bibliographiques

S. Crépon. La nouvelle extrême droite, enquête sur les jeunes militants du Front national

Paris : L’Harmattan
Émilie Générat
p. 277-278
Bibliographical reference

Paris : L’Harmattan

Full text

1Le Front national (FN) progresse depuis la fin des années quatre-vingt. Cette progression a souvent été expliquée par des causes socio-économiques. Pourtant en 2002, lorsque Jean-Marie Le Pen arrive au deuxième tour des élections présidentielles, la France est en période de croissance économique. Dans La nouvelle extrême droite, enquête sur les jeunes militants du Front national, Sylvain Crépon donne la parole aux jeunes militants de ce parti considéré « pas comme les autres », afin de recueillir aussi bien un discours se voulant rationnel, qu’une sensibilité. Son but n’est pas de condamner mais de comprendre les motivations de ceux qui rejoignent le Front national de la jeunesse (FNJ) et de repérer les contradictions de leur logique interne.

2L’enquête – menée pendant la deuxième moitié des années quatre-vingt-dix – est pleine d’intérêt. Si Sylvain Crépon rejoint Lecœur (2003) sur la quête identitaire comme facteur motivationnel principal, il n’en demeure pas moins qu’il approche cette population selon un angle novateur. « L’idéologie des jeunes frontistes entame-t-elle une rupture avec les fondements racistes et extrémistes de l’extrême droite ? ». L’auteur est allé au-delà des discours manifestes préconstruits de ces jeunes – résultant de leur socialisation militante – pour proposer un éclairage nouveau sur leurs motivations. Ces derniers partagent avec leurs aînés du FN les mêmes thématiques identitaires. Cependant celles-ci diffèrent quant à leur représentation et quant à leur importance. Ainsi, la religion chrétienne a toujours constitué une valeur centrale au sein du FN. Pour les adhérents du FNJ, la religion est peu importante. Néanmoins, leur revendication du catholicisme incarne leur obsession traditionaliste : ces militants appréhendent la religion comme un élément constitutif du passé et comme le gage d’une tradition préservée. Les jeunes frontistes idéalisent le passé, mais celui-ci reste vague ou vide de toutes indications historiques concrètes et précises. Chez les partisans du Front national, les références historiques renvoient au colonialisme. Il n’en est rien chez les jeunes : le passé est un principe abstrait dont l’objectif est de se sentir « originé ». Le ressentiment envers les populations immigrées est décelable dans leurs discours. Cependant, ces jeunes frontistes opèrent un détournement du comportement raciste vers celui de la défense de la culture. Ils en viennent ainsi à transposer la notion de « race » en « culture » et celle d’« inégalité des populations » en « éloge des différences ».

3Les idéologies du FNJ sont proches d’une forme de totalitarisme. Si certains de leurs principes étaient appliqués, le pluralisme républicain serait remis en question. Ces jeunes sont-ils totalitaires ? Contrairement au fascisme, il n’y a pas de projet explicitement révolutionnaire à l’intérieur du FNJ. Ces militants n’expriment pas la volonté de mettre en place « un ordre nouveau », mais leur vision de la nation repose sur des critères ethniques. Aucun jeune ne s’interroge sur les conséquences institutionnelles et constitutionnelles que provoqueraient les revendications idéologiques du FN s’il arrivait au pouvoir. « Il faut arrêter de se diviser et se rassembler » affirme-t-il sans proposer aucune piste pour concrétiser un tel objectif. Parmi les 48 jeunes militants interrogés, un seul d’entre eux s’est déclaré raciste. Il y a ainsi au sein du FNJ une volonté de donner une bonne image et de se conformer à l’éthique contemporaine : ces jeunes militants assument leur appartenance politique. Ce sentiment de dédiabolisation n’est pas sans faire écho aux constatations de Cohen et Salmon (2003) : le leader est devenu un « homme politique acceptable » qui a édulcoré son discours pour rester sur la scène politique. Les jeunes militants présentent un désenchantement généralisé. Le FN, l’ayant bien compris, ne souhaite pas une adhésion protestataire, mais une adhésion sur les valeurs identitaires. Par ailleurs, la stigmatisation de ce mouvement politique entraîne le renforcement du groupe : le fait de s’inscrire dans une structure fortement décriée permet à ces jeunes à la fois une socialisation entre pairs, l’acquisition d’une position et une lisibilité sociale. Plus le groupe est minoritaire et critiqué, plus il se ressert.

4L’idéologie du FNJ se développe ainsi dans l’ignorance des valeurs politiques et une mauvaise maîtrise de l’histoire nationale. Le désarroi social et affectif de ces jeunes entraîne l’augmentation de leur communautarisme. Comme le souligne le titre de la thèse de Crépon, l’extrême droite s’organise sur une jeunesse qui ne se réclame pas des pères fondateurs du FN. « La nouvelle extrême droite », dans sa recherche de respectabilité, ne veut pas endosser le costume de l’héritier mais celui de successeur dévoué.

Top of page

Bibliography

Cohen, P. & Salmon J.-M. (2003). 21 avril 2002, la contre enquête. Paris : Denoël.

Lecœur, E. (2003). Un néo-populisme à la française, trente ans de Front national. Paris : La Découverte.

Top of page

References

Bibliographical reference

Émilie Générat, « S. Crépon. La nouvelle extrême droite, enquête sur les jeunes militants du Front national », L'orientation scolaire et professionnelle, 36/2 | 2007, 277-278.

Electronic reference

Émilie Générat, « S. Crépon. La nouvelle extrême droite, enquête sur les jeunes militants du Front national », L'orientation scolaire et professionnelle [Online], 36/2 | 2007, Online since 08 December 2009, connection on 22 November 2017. URL : http://osp.revues.org/1428

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Cnam Inetop - Formation et recherche en orientation
  • Revues.org