Skip to navigation – Site map
Cahier outils, méthodes et pratiques professionnelles en orientation

Faire face aux problèmes de travail: un questionnaire italien

Coping with work-related problems: An Italian questionnaire
Anna Grimaldi, Chiara Ghislieri and Giuseppa Montalbano
p. 97-111

Abstracts

This article presents an Italian questionnaire on adults coping with work situations. Preliminary qualitative research allowed identifying various problematic situations and strategies to face them. The gathered data made it possible to build a first version of the questionnaire which an Italian sample of 1548 people completed. The psychometric characteristics of the questionnaire were analyzed in terms of factorial structure and reliability. Explorative factor analysis (ACP) highlighted three factors (each one with a satisfactory reliability) which explain 34% of the variance (for 36 items).

Top of page

Full text

Introduction

1Cet article décrit la mise au point d’un questionnaire Italien évaluant les stratégies d’ajustement (coping) des adultes dans les situations de travail.

2Le questionnaire a été conçu comme support d’accompagnement pour le conseil et l’aide à l’orientation d’adultes de 25 à 55 ans, traversant des moments de transition particuliers (Grimaldi, Ghislieri, Montalbano & Reynaudo, 2007; Rudisill & Edwards, 2002). L’utilité de la réflexion sur le coping, issue des travaux de Lazarus et Folkman (1984), pour les pratiques en orientation, ressort de nombreuses études sur le sujet réalisées ces dernières années (Guichard & Huteau, 2001). Plus précisément, cette approche du coping apparait aujourd’hui centrale dans l’élaboration de programmes de soutien pour faire face aux transitions professionnelles, dans les pratiques d’évaluation psychologique et de conseil de carrière, ainsi que dans les actions visant à soutenir et faciliter les processus de choix (Grimaldi, 2004).

3Le coping, considéré comme l’ensemble des sentiments, des pensées et des actions mis en œuvre pour faire face aux situations problématiques (Lazarus & Folkman, 1987), est un processus dynamique qui se caractérise par son lien avec le contexte (Ghislieri, 2004).

4Ainsi, selon Frydenberg, «en théorie, le nombre d’actions de coping (y compris les pensées et les sentiments) auxquelles les personnes ont recours pour gérer leurs préoccupations est infini: la gamme va de la collecte d’informations à l’examen des choses à faire, en passant par le choix de courir le risque ou d’ignorer le problème» (Frydenberg, 1997, p.38).

5Cette affirmation témoigne du grand nombre de sous-dimensions identifiées par la littérature spécialisée (l’Adolescent Coping Scale de Frydenberg & Lewis, 1993, prend par exemple en compte 18 stratégies). Une première distinction que l’on retrouve souvent dans la littérature considère néanmoins deux grandes catégories de stratégies: le coping centré sur le problème d’une part, lorsque les actions mises en œuvre visent à agir sur le contexte pour résoudre les difficultés; le coping centré sur l’émotion d’autre part, lorsque la personne agit moins pour modifier la situation que pour intervenir au niveau de son vécu émotionnel, afin de contenir son anxiété (Folkman & Lazarus, 1985).

6Une seconde distinction, fréquente également dans la littérature, oppose les actions impliquant «un affrontement à la situation», à celles qui tendent à «l’éviter». Dans ce dernier cas, il peut s’agir par exemple d’un refus catégorique de la situation, ou de comportements d’évitements «alternatifs», visant la relaxation, la réassurance pour la personne, avec pour but la gestion d’un vécu émotionnel négatif.

7L’évitement de la situation s’accompagne parfois d’un vécu négatif et de pessimisme, quand il renvoie la personne à des situations passées similaires, dans lesquelles elle s’est trouvée dans l’incapacité de faire face de manière adéquate aux problèmes.

8Malgré ces nombreuses données, et l’utilité certaine de la mesure du coping pour les pratiques de conseil, les outils disponibles pour l’évaluation des stratégies d’ajustement ne s’avèrent pas encore totalement convaincants. Ainsi, la validité psychométrique de ces outils est souvent remise en cause. Le fait que le recours à ces stratégies varie non seulement d’une personne à l’autre, mais également chez une même personne selon les situations (Endler & Parker, 1990; Oxlad, Miller-Lewis & Wade, 2004), explique des coefficients de fiabilité souvent faibles, et des structures factorielles peu stables.

9Le problème se pose donc de savoir s’il est possible d’obtenir des mesures générales de coping, ou si celles-ci doivent rester spécifiques par nature: on trouve d’ailleurs à la fois des mesures générales (Frydenberg, 1997), et des mesures spécifiques faisant référence aux variations des stratégies de coping selon les contextes, ou selon les agents stressants auxquels il faut faire face (par exemple, le conflit entre travail et famille; Behson, 2002).

10Une seconde difficulté d’évaluation est celle de l’efficacité des actions de coping. Il parait en effet difficile de considérer un type de stratégie comme efficace quelles que soient les situations. D’une manière générale, il est courant de considérer les stratégies de coping centrées sur les problèmes comme plus efficaces que celles centrées sur les émotions; pour autant, les effets réels de ces stratégies ne peuvent être établis qu’en relation avec le contexte et la situation, et, surtout, qu’en référence aux conséquences sur le bien-être à moyen-long terme.

11En Italie, les échelles de coping (le coping compris dans sa dimension générale, et non pas spécifique à un contexte donné) sont essentiellement des adaptations de questionnaires étrangers. Nous pouvons citer les suivantes:

  • L’adaptation du référentiel COPE d’Endler et Parker (1994) réalisée par Sica et ses collaborateurs (Sica, Novara, Dorz & Sanavio, 1997).

  • La validation italienne de l’Échelle Toulousaine de Coping (Depolo & Guglielmi, 2000).

  • L’adaptation du référentiel CISS, Coping inventory for stressful situations (Sirigatti, Stefanile & Toselli, 1996), pour adolescents et adultes.

12Le projet d’élaboration du questionnaire présenté ici est né du constat de l’absence, dans notre pays, d’un outil original sur le coping, dédié au contexte particulier du monde du travail.

Méthode

Participants

  • 1  Pour d’autres informations sur cette phase, veuillez consulter la recherché réalisée par l’Isfol ( (...)

13La mise au point du questionnaire a suivi plusieurs étapes de développement1:

  • Une phase de recherche qualitative destinée à collecter un ensemble de situations et d’épisodes liés à la vie adulte, et plus particulièrement à la vie en milieu de travail.

  • Une deuxième phase d’administration du questionnaire à un échantillon national.

  • Enfin, une phase de comparaison des dimensions évaluées par le questionnaire avec d’autres, par l’administration conjointe du questionnaire et d’autres outils.

14Concernant la phase de recherche qualitative, les situations ont été collectées auprès d’un échantillon de 103 sujets ayant une moyenne d’âge de 30 ans. On trouve dans l’échantillon une nette prédominance de femmes (68%), et la présence de sujets provenant de différentes régions d’Italie.

15L’échantillon national auquel a été administré la première version du questionnaire se compose de 1548 sujets, 51% de femmes et 49% d’hommes provenant de plusieurs villes d’Italie (35,5% au Nord; 26,5% au Centre; 39% au Sud). L’échantillon est diversifié au niveau des emplois déclarés (voir tableau 1).

Tableau 1

Caractéristiques professionnelles de l’échantillon

N

%

% valide

Agents agricoles

 1 29

30,6

330,6

Artisans

1 231

32,0

332,0

Femmes au foyer

1 276

34,9

335,0

Commerçants

1 265

34,2

334,3

Dirigeants

1 233

32,1

332,2

Chômeurs

130

38,4

338,5

Employés

444

28,7

329,1

Entrepreneurs

1 299

36,4

336,5

Enseignants

105

36,8

336,9

Professions libérales

124

38,0

338,1

Ouvriers

138

38,9

339,0

Cadres / Fonctionnaires

1 239

32,5

332,6

Étudiants

1 295

36,1

336,2

Autres

 136

38,8

338,9

Total

1 524

98,5

100,0

Réponses manquantes

1 224

1 548

100,0

Table 1

Professions present in the sample

16La deuxième administration du questionnaire, visant sa validation par rapport au critère, a impliqué un échantillon de 244 sujets adultes entre 25 et 55 ans. L’âge moyen de l’échantillon est de 37 ans. En termes de situation géographique, les sujets proviennent de différentes provinces italiennes du Nord et du Centre-Sud du pays. Nous avons une majorité de femmes (66,8%, N = 163, pour seulement 29,9% d’hommes, N = 73). Les professions exercées sont suffisamment diversifiées.

Matériel et procédure

17Après examen de la littérature spécialisée, la recherche qualitative a été menée à travers une centaine d’entretiens structurés, dans l’objectif de dresser un inventaire des situations problématiques auxquelles sont confrontées les personnes, et des stratégies de coping qui y sont associées. Les données recueillies ont été exploitées par une analyse de contenu (papier et crayon).

18Sur la base de ces situations, nous avons finalement choisi de formuler 50 items qui composent la première version du questionnaire.

19L’administration du questionnaire au niveau national avait comme objectif d’expérimenter le questionnaire sur un échantillon suffisamment important de sujets (N = 1548) ayant une distribution équilibrée par sexe, par type de profession, par provenance géographique et diplôme; nous avons utilisé cette version «étendue» du questionnaire (50 items; avec pour chacun une échelle de réponses allant de 1 = jamais à 5 = toujours) en vue de sélectionner ensuite les items, et d’observer les caractéristiques psychométriques de l’outil.

20L’analyse des données menée sur l’échantillon national s’est faite en plusieurs étapes:

  • Évaluation et sélection des items.

  • Analyse des composantes principales.

  • Analyse de fiabilité.

  • Analyse de la variance.

21Nous avons ensuite administré le questionnaire à un échantillon plus réduit (N = 244), pour en examiner sa validité (validation par rapport à d’autres dimensions). Il s’agissait ici d’analyser les corrélations entre les stratégies de coping observées, et certaines dimensions pour lesquelles nous pouvions supposer, à partir d’éléments théoriques, qu’elles étaient en relation (Barbaranelli & Natali, 2005).

22Nous avons plus particulièrement choisi les dimensions suivantes:

  • Les orientations motivationnelles évaluées avec le Test di Orientamento Motivazionale (Borgogni, Petitta & Barbaranelli, 2004). Ce dernier est composé de 70 affirmations regroupées en 4 sous-échelles et une échelle de désidérabilité sociale (DS): orientation vers l’objectif (OO); orientation vers l’innovation (OI); orientation vers le leadership (OL); orientation vers la relation (OR).

  • L’auto-efficacité de la gestion des émotions positives (AEP), l’auto-efficacité de la gestion des émotions négatives (AEN), l’auto-efficacité sociale (ASP; cf. échelle d’auto-efficacité; Caprara & Gerbino, 2001; Caprara, Gerbino & Delle Fratte, 2001).

23Les données recueillies sur cet échantillon ont été soumises à une analyse des corrélations (r de Pearson).

Résultats et discussion

24Nous discuterons ici principalement des résultats issus de l’analyse des deux derniers échantillons. Avec le premier échantillon, afin de sélectionner les items, nous avons d’abord étudié les distributions de fréquence pour les 50items. Pendant cette étape, le critère d’exclusion principal a été celui de la forte asymétrie (skewness) dans les distributions, égale ou supérieure à 1,00, ceci afin d’éviter d’identifier des composantes exclusivement dues à des corrélations surestimées entre des variables fortement asymétriques. L’étape suivante de la procédure de sélection a consisté à exclure les éléments dont les corrélations avec le reste de l’ensemble des items étaient négligeables. Cette sélection s’est faite au cas par cas à partir du vecteur de corrélations pour chacune des variables qui restaient. Pour les cas les plus évidents (r de Pearson inférieur à 0,25), nous avons procédé à l’exclusion directe des items; pour les autres cas, nous avons noté la corrélation moyenne et la corrélation maximale en attentant de vérifier la matrice structurelle de l’analyse des composantes principales (ACP). Cette dernière analyse a été choisie dans le cadre de l’exploration initiale de la recherche. Elle a été complétée d’une rotation oblique promax, permettant de corréler les composantes entre elles, en fonction des indications théoriques en matière de coping.

25L’analyse la plus convaincante regroupe trois composantes principales, qui expliquent 34% de la variance totale, pour un ensemble de 36 variables. Nous illustrons ci-dessous la matrice structurelle de cette analyse, et le tableau de corrélation entre les trois composantes principales (voir tableaux 2 et 3).

26La solution factorielle réunit dans un premier facteur un ensemble de 16 items s’apparentant à des stratégies de coping centrées sur le problème. Quelques items identifient des modes d’analyse et d’évaluation de la situation (AVS), d’autres prévoient de faire face au problème à travers la recherche d’un soutien social (RSS). Ce premier facteur est cohérent avec les études soulignant que ces deux modes peuvent être considérés comme des moyens actifs de faire face aux situations (Depolo & Guglielmi, 2000).

27Comme nous pouvons le voir, le second facteur (11 items) qui ressort clairement, fait référence à différents modes d’auto-culpabilisation et d’autocritique (AA). Le troisième facteur, bien qu’il se compose d’un nombre inférieur d’items (9 items), est également nettement distingué: il regroupe les différents modes liés à l’évasion et à l’évitement (EE). La corrélation entre le deuxième et le troisième facteur souligne la tendance à l’évitement, transversale aux deux modes.

Tableau 2

ACP, rotation Promax, 3 facteurs, 36 items

Composante

1

2

3

Item 35

- .65

- .09

- .106

Item 39

- .62

- .12

- .174

Item 47

- .62

- .03

- .041

Item 09

- .58

- .08

- .015

Item 27

- .58

- .09

- .026

Item 30

- .57

- .01

- .139

Item 08

- .56

- .04

- .037

Item 26

- .56

- .09

- .115

Item 07

- .55

- .06

- .072

Item 22

- .54

- .07

- .105

Item 42

- .52

- .08

- .197

Item 38

- .49

- .14

- .049

Item 03

- .47

- .07

- .045

Item 05

- .43

- .04

- .193

Item 50

- .43

- .16

- .083

Item 14

- .41

- .12

- .117

Item 19

- .12

- .73

- .005

Item 18

- .02

- .66

- .075

Item 16

- .04

- .65

- .047

Item 29

- .12

- .62

- .074

Item 10

- .00

- .59

- .061

Item 15

- .08

- .57

- .007

Item 44

- .03

- .56

- .099

Item 13

- .08

- .55

- .061

Item 21

- .10

- .52

- .015

Item 24

- .02

- .50

- .039

Item 31

- .09

- .41

- .088

Item 36

- .03

- .08

-  .71

Item 40

- .11

- .08

-  .69

Item 48

- .09

- .09

-  .61

Item 41

- .08

- .09

-  .60

Item 49

- .15

- .16

-  .59

Item 46

- .09

- .04

-  .50

Item 43

- .26

- .00

-  .49

Item 45

- .10

- .05

-  .48

Item 11

- .21

- .09

-  .45

Alpha, M, SD

.83

60,24

10,29

.81

27,54

7,58

.75

21,34

6,65

Table 2

ACP, Promax rotation, 3 factors, 36 items

Tableau 3

Matrice de corrélation des composantes

Composante

1

2

3

1

- . 1

2

- .06

1

3

- .09

.29

1

Table 3

Correlation matrix

28Les items répartis en trois échelles ont ensuite été analysés afin d’évaluer leur fiabilité sous l’angle de la cohérence interne. Nous avons ainsi calculé les corrélations élément-échelle et le coefficient alpha de Cronbach, qui s’avèrent satisfaisants (alpha entre .75 et .81), en particulier si l’on se réfère aux indications générales issues de la littérature sur le coping (Frydenberg, 1997; Moss & Billings, 1982).

29Une analyse de la variance (ANOVA) a également permis d’observer quelques différences en fonction du sexe: les femmes semblent utiliser plus que les hommes des stratégies de coping d’analyse-évaluation et de recherche du soutien social [(F (1,1406) = 36,29, p <0,001], mais elles semblent aussi avoir une plus forte propension à l’auto-culpabilisation et à l’autocritique [(F (1,1434) = 23,50, p < 0,001].

30Sur les données du deuxième échantillon, nous avons ensuite procédé à une analyse des corrélations entre les variables de coping et les dimensions choisies.

31Nous pouvons résumer comme suit les hypothèses à la base du choix de ces critères:

  • Le coping centré sur la résolution du problème et sur la recherche de soutien social devrait être positivement corrélé avec l’auto-efficacité de la gestion des émotions, l’auto-efficacité sociale perçue, et avec l’orientation vers l’objectif, l’innovation et la relation.

  • L’auto-culpabilisation et l’autocritique devraient être négativement corrélées avec toutes les dimensions d’auto-efficacité et avec les orientations motivationnelles.

  • L’évasion et l’évitement devraient être négativement corrélés avec les orientations motivationnelles, ainsi qu’avec l’auto-efficacité.

32À travers l’analyse des corrélations, nous observons que (voir tableau 4):

  • Comme nous l’avons supposé, les stratégies de coping visant à l’analyse, à l’évaluation du problème et à la recherche de soutien social sont positivement corrélées au degré d’auto-efficacité perçue, au niveau interpersonnel et social, et d’expression adéquate des émotions positives; de plus, concernant les orientations motivationnelles, nous observons bien les corrélations attendues pour l’orientation vers l’objectif, la relation et l’innovation.

  • En cohérence également avec nos hypothèses, l’auto-culpabilisationautocritique apparaît négativement corrélée avec toutes les échelles d’évaluation de l’auto-efficacité perçue, avec l’orientation vers l’objectif, et, bien qu’avec un coefficient r nettement inférieur, avec l’orientation vers l’innovation.

  • Enfin, les stratégies d’évasion et d’évitement, comme supposé dans notre hypothèse, présentent une corrélation négative avec l’orientation vers l’objectif; mais aucune autre corrélation significative n’est mise en évidence.

Tableau 4

Corrélations entre les différentes dimensions

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

 1. AVS-RS

1**

 2. AA

.01**

- . 1**

 3. EE

.05**

.27**

- . 1**

 4. OO

.35**

- .21**

- .21**

1**

 5. OI

.23**

- .19**

- .09**

.67**

1**

 6. OL

.02**

- .07**

- .03**

.38**

.51**

1**

 7. DS

.14**

- .41**

- .13**

.57**

.45**

.33**

1**

 8. OR

.27**

- .01**

- .01**

.36**

.18**

.09**

.33**

- . 1**

 9. ASP

.21**

- .32**

- .04**

.43**

.45**

.35**

.41**

- .10**

.31**

10. AEN

.02**

- .25**

- .11**

.30**

.34**

.03**

.33**

- .01**

.31**

.11*

11. AEP

.31**

- .33**

- .09**

.39**

.36**

.06**

.38**

- .23**

.46**

.16*

1

33Note. N = 244; *p < .05; **p < .01.

Table 4

Correlations between dimensions

34Un autre point sur lequel nous voudrions attirer l’attention, est la corrélation négative élevée entre l’auto-culpabilisation/autocritique, et la désirabilité sociale. Ce point suggère un risque de «biais» dans les réponses: cet outil doit donc être utilisé dans le cadre d’une relation avec un sujet particulièrement motivé pour se connaître.

35En conclusion, ce questionnaire («Moi face aux situations de travail»), conçu comme une aide pour les activités de conseils et d’orientation des adultes entre 25 et 55 ans, s’est avéré un bon moyen d’accompagner les entretiens partout où il a été utilisé de façon expérimentale.

36Même s’il peut être administré aussi bien de façon collective qu’individuelle, la restitution du profil doit se faire dans le cadre d’un entretien, et tenir compte d’autres données relatives à l’histoire du sujet, ainsi qu’à son profil de ressources personnelles.

37Dans sa version définitive, le questionnaire comprend 36 items (voir Annexe A), portant sur:

  • La situation problématique dans laquelle la personne a pu ou pourra se trouver.

  • La façon de faire face à cette situation problématique décrite.

38Il est demandé à la personne d’indiquer sur une échelle de 1 à 5 (où 1 correspond à «jamais», et 5 à «toujours»), la fréquence avec laquelle elle réagirait de la manière proposée pour la situation indiquée.

  • 2  Istituto per lo sviluppo della formazione professionale dei lavoratori (Institut pour le développe (...)

39Des données, collectées actuellement dans une expérimentation de l’outil conduite par l’Isfol2 dans le cadre de démarches d’orientation, seront exploitées ultérieurement par les chercheurs, pour confirmer la structure de l’outil dans sa version définitive, et pour mieux appréhender l’utilité des approches sur le coping pour l’accompagnement et le soutien dans les processus de choix.

40L’utilisation de ce questionnaire dans d’autres pays nécessite un travail d’adaptation avec une phase qualitative de recherche sur les situations de travail avant la traduction des items: les situations utilisées doivent, en effet, être le plus proche possible des expériences de vie et de travail réelles des destinataires potentiels.

Top of page

Bibliography

Barbaranelli, C., & Natali, E. (2005). I test psicologici: teorie e modelli psicometrici. Roma: Carocci.

Behson, S.J. (2002). Coping with family-to-work conflict; The role of informal work accommodations to family. Journal of Occupational Health Psychology, 7(4), 324-341.

Borgogni, L., Petitta, L., & Barbaranelli, C. (2004). TOM Test di orientamento motivazionale. Firenze: O.S. Organizzazioni Speciali.

Caprara, G.V., & Gerbino, M. (2001). Autoefficacia emotiva: la capacità di regolare l’affettività negative e di esprimere quella positiva. In G.V. Caprara (Ed.), La valutazione dell’autoefficacia. Interventi e contesti culturali (pp.35-50). Trento: Edizioni Erikson.

Caprara, G.V., Gerbino, M., & Delle Fratte, A. (2001). Autoefficacia interpersonale. In G.V. Caprara (Ed.), La valutazione dell’autoefficacia. Interventi e contesti culturali (pp.51-61). Trento: Edizioni Erikson.

Depolo, M., & Guglielmi, D. (2000). Validazione italiana dell’Echelle Toulousaine de Coping (ETC). Psicologia della salute, 1, 79-91.

Endler, N., & Parker, J. (1990). Multidimensional assessment of coping: A critical evaluation. Journal of Personality and Social Psychology, 58, 844-854.

Endler, N., & Parker, J. (1994). Assessment of multidimensional coping: Task, emotion, and avoidance strategies. Psychological Assessment, 6, 50-60.

Folkman, S., & Lazarus, R.S. (1985). If it changes it must be a process: Study of emotion and coping during three stages of a college examination. Journal of Personality and Social Psychology, 48, 150-170.

Frydenberg, E., & Lewis, R. (1993).The Adolescent Coping Scale. Manual. Melbourne: Australian Council Education.

Frydenberg, E. (1997). Adolescent coping: Research and theoretical perspectives. London: Routledge.

Ghislieri, C. (2004). La dimensione del coping. In A.Grimaldi & C.Ghislieri (Ed.), Io di fronte alle situazioni (pp.15-30). Milano: FrancoAngeli.

Grimaldi, A. (2004). Premessa. In A.Grimaldi & C.Ghislieri (Ed.), Io di fronte alle situazioni (pp.11-14). Milano: FrancoAngeli.

Grimaldi, A., Ghislieri, C., & Montalbano, G. (Ed.). (2006). Le dimensioni del coping e dell’attribuzione causale nell’orientamento: due strumenti Isfol. Roma: Isfol Editore, Temi&Strumenti.

Grimaldi, A., Ghislieri, C., Montalbano, G., & Reynaudo, M. (2007). Io di fronte alle situazioni di lavoro: uno strumento sulle strategie di coping [Coping with work-related problems: A questionnaire]. Risorsa Uomo, 13(3), 373-387.

Guichard, J., & Huteau, M. (2001). Psychologie de l’orientation. Paris: Dunod.

Lazarus, R. S., & Folkman, S. (1984). Stress, appraisal and coping. New York: Springer.

Lazarus, R. S., & Folkman, S. (1987). Transactional theory and research on emotions and coping. European Journal of Personality, 1, 141-169.

Moos, R., & Billings, A. (1982). Conceptualizing and measuring coping resources and processes. In L.Goldberger & S.Breznitz (Eds.), Handbook of stress: Theoretical and clinical aspects (pp.212-230). New York: Macmillan.

Oxlad, M., Miller-Lewis, L., & Wade, T. (2004). The measurement of coping responses. Validity of the Billing and Moos Coping Checklist. Journal of Psychosomatic Research, 57, 477-484.

Rudisill, J.R., & Edwards, J.M. (2002). Coping with job transitions. ConsultingPsychology Journal: Practice and Research, 54(1), 55-64.

Sica, C., Novara, C., Dorz, S., & Sanavio, E. (1997). Coping orientation to problems experienced (COPE), traduzione e adattamento italiano. Bollettino di Psicologia Applicata, 223, 25-34.

Sirigatti, S., Stefanile, C., & Toselli, M. (1996). Una misura per il coping: il coping inventory for stressful situations (CISS). Bollettino di Psicologia Applicata, 218, 45-47.

Top of page

Annex

Annexe A

Les items du questionnaire «Moi face aux situations de travail»

Items from the questionnaire “Me when facing work-situations”

Items – AVS-RSS

Item 35 – Mon secteur professionnel est en situation de crise... je m’inscris à un cours de formation pour me requalifier en vue d’un nouvel emploi

Item 39 – Je suis en train de chercher un nouveau travail... je regarde toutes les annonces que je trouve pour avoir des entretiens de recrutement

Item 47 – Mon travail actuel ne me plait plus... j’envoie mon curriculum vitæ à d’autres entreprises

Item 09 – J’ai une nouvelle tâche de travail... je cherche à en parler avec des collègues qui ont déjà réalisé des projets équivalents

Item 27 – Le contenu de mon travail a été modifié... je fréquente un cours de formation pour me préparer

Item 30 – Mon secteur d’activité est en crise... je demande à mes amis des indications pour trouver un autre emploi

Item 08 – Je suis en train de chercher un travail... je suis un cours de formation pour renforcer mes compétences

Item 26 – Mon supérieur me dit que mon emploi est menacé... je vais tout de suite projeter la recherche d’un nouveau travail

Item 07 – J’ai des problèmes dans mon nouveau travail... je demande de l’aide à mes nouveau collègues

Item 22 – J’ai des problèmes avec mes collègues... je cherche à en parler avec eux

Item 42 – Mon travail ne me plait plus... je commence à chercher d’autres opportunités

Item 38 – On me propose un travail pour lequel il faut connaitre l’anglais... j’accepte, ainsi je pourrais apprendre des nouvelles choses

Item 03 – Certains collègues ne perdent jamais l’occasion de critiquer mon travail devant mon supérieur... je cherche une occasion pour clarifier le problème avec eux

Item 05 – J’arrive en retard au travail deux jours dans la même semaine... j’explique mes problèmes à mon supérieur

Item 50 – J’ai trop de travail et je n’ai pas de temps pour le reste de ma vie... je cherche à organiser mieux mon travail avec l’aide de mes collègues

Item 14 – J’ai des problèmes avec un des mes collègues... j’en parle avec les autres pour trouver une solution

Itemss – AA

Item 19 – On me propose un travail particulièrement contraignant... je ne m’en sens pas capable

Item 18 – J’ai une nouvelle responsabilité de travail... je pense ne pas avoir toutes les connaissances nécessaires

Item 16 – Mon travail ne me satisfait pas... je pense ne pas être capable de montrer ma valeur professionnelle

Item 29 – J’ai des problèmes avec mon groupe de travail... je pense n’être pas capable d’entrer en relation avec les autres

Item 10 – J’ai un nouveau travail et je dois gérer des personnes qui ont plus d’expérience... je pense n’être pas compétent pour cette tâche

Item 15 – Dans mon groupe de travail il y a un problème d’organisation... j’ai peur d’en être responsable

Item 44 – J’ai trop de travail et je n’ai pas de temps pour le reste de ma vie... je pense n’être pas capable de m’organiser

Item 13 – Mon travail ne me plait pas... encore une fois j’ai fait une erreur de choix

Item 21 – Mon salaire n’est pas satisfaisant... je ne me suis pas suffisamment engagé

Item 24 – Je suis en train de traverser un moment difficile au travail... je sens que je n’ai pas l’énergie nécessaire

Item 31 – Certains collègues ne perdent jamais l’occasion de critiquer mon travail devant mon supérieur... je pense que je ne suis pas sympathique

Items – EE

Item 36 – Je découvre que l’entreprise où je travaille est en situation de crise... j’organise une sortie avec mes amis pour ne pas y penser

Item 40 – J’ai discuté avec mes collègues... je téléphone à un ami pour organiser une sortie et me relaxer

Item 48 – Je suis en train de chercher un nouveau travail... je cherche à m’amuser dans mon temps libre

Item 41 – J’ai beaucoup d’engagements (travail, famille, formation...) et souvent je n’arrive pas à tout faire... je vais trouver un ami pour me confier à lui

Item 49 – Au travail, je dois avoir une discussion avec une personne qui ne me plait pas... j’invente un prétexte pour rentrer à la maison

Item 46 – Je risque de perdre mon travail... j’essaye de ne pas penser à cette éventualité

Item 43 – Dans mon équipe de travail il y a un problème d’organisation... j’attends le weekend pour me relaxer

Item 45 – J’ai des problèmes avec mon équipe de travail... je vais à la salle de gym pour me décontracter

Item 11 – Il y a une grève pour protester contre des réductions d’emploi... je m’organise pour aller à la mer avec des amis

Top of page

Notes

1  Pour d’autres informations sur cette phase, veuillez consulter la recherché réalisée par l’Isfol (Institut pour le développement de la formation des travailleurs), qui peut être demandée à la première auteure de l’étude (Grimaldi, Ghislieri, & Montalbano, 2006).

2  Istituto per lo sviluppo della formazione professionale dei lavoratori (Institut pour le développement de la formation des travailleurs).

Top of page

References

Bibliographical reference

Anna Grimaldi, Chiara Ghislieri and Giuseppa Montalbano, « Faire face aux problèmes de travail: un questionnaire italien », L'orientation scolaire et professionnelle, 38/1 | 2009, 97-111.

Electronic reference

Anna Grimaldi, Chiara Ghislieri and Giuseppa Montalbano, « Faire face aux problèmes de travail: un questionnaire italien », L'orientation scolaire et professionnelle [Online], 38/1 | 2009, Online since 15 March 2012, connection on 23 April 2017. URL : http://osp.revues.org/1866 ; DOI : 10.4000/osp.1866

Top of page

About the authors

Anna Grimaldi

Cadre dirigeant, Politiques d’Orientation de l’Isfol, Italie. Thèmes de recherche: transitions professionnelles, pratiques en orientation, conseil de carrière. Courriel: a.grimaldi@isfol.it

Chiara Ghislieri

Chercheure en psychologie du travail et des organisations, Département de Psychologie de l’Université de Turin, Italie. Thèmes de recherche: transitions professionnelles, leadership, bien-être au travail, équilibre travail-famille. Courriel: ghislier@psych.unito.it

Giuseppa Montalbano

Chercheure, Politiques d’Orientation de l’Isfol, Italie. Thèmes de recherche: transitions professionnelles, pratiques en orientation, conseil de carrière. Courriel: g.montalbano@isfol.it

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Cnam Inetop - Formation et recherche en orientation
  • Revues.org