Skip to navigation – Site map
Analyses bibliographiques

A. Ogien. Les formes sociales de la pensée. La sociologie après Wittgenstein

Paris : Armand Colin
Céline Harnay
p. 259-262
Bibliographical reference

Paris : Armand Colin

Full text

1Si l’œuvre de Wittgenstein ne se pose pas en modèle des sciences sociales, force est de constater que ses travaux irriguent la pensée actuelle dans ce domaine comme en témoigne le recours à des notions telles que «formes de vie», «jeu de langage», «suivre la règle», «grammaire»... Albert Ogien note que cette diffusion est contemporaine de l’apparition en sociologie, d’une critique des écueils du positivisme et du subjectivisme, qui a abouti à des querelles entre méthodes (fonctionnalisme, structuralisme, marxisme, phénoménologie, herméneutique, pragmatisme) et par-là même à une réflexion sur les conditions d’avènement d’une sociologie plus en phase avec la réalité des processus sociaux, tels que les capacités de conceptualisation des individus dans la réalisation de l’action en commun.

2Pour l’auteur, l’intérêt majeur du rapatriement de l’œuvre de Wittgenstein dans le champ de la sociologie, tient à ce qu’elle interpelle le sociologue sur la nécessité de maintenir constante l’attention portée à la vérification de la pertinence des assertions sur un phénomène social. Ainsi, Ogien vise-t-il le développement d’une plus grande scientificité de la sociologie (plus particulièrement à la sociologie de la connaissance), notamment par une prise en compte par cette discipline des activités inférentielles nécessaires à l’action, telles que la catégorisation, la généralisation, l’abstraction, la mise en relation et l’analogie.

3Revenant sur les origines des références à Wittgenstein en sciences sociales, Ogien développe, de manière comparative et critique, les positions de deux philosophes des sciences, P. Winch et G.Von Wright, premiers auteurs à avoir accommodé aux spécificités des sciences sociales les thèses de Wittgenstein, ainsi que les conclusions des travaux en grammaire sociologique de J.Coulter.

4Pour l’auteur, l’objectif visé passe par un renoncement à l’étude des formes culturellement stabilisées pour se concentrer sur l’analyse des formes de raisonnements pratiques à l’œuvre dans l’accomplissement des activités quotidiennes. Ogien, en ethnométhodologue, considère à la suite de Wittgenstein que l’attention doit être portée sur la manière dont les règles sont invoquées ou manifestées en tant que ressources pour constituer des conduites sociales. L’observation de l’usage des règles ne peut donc être séparée de l’observation des conduites qui les rendent visibles. S’ouvre alors un nouveau domaine d’investigations en sociologie, à savoir l’analyse des formes sociales de la pensée, engendrant par-là même de nouvelles questions méthodologiques.

5Cela amène tout d’abord à poser une définition précise et préalable de la notion de «savoir pratique»: ce qui conduit à introduire une délimitation entre ce qui peut être saisi empiriquement et ce qui échappe à l’enquête empirique (cf. les parties incorporées du savoir).

6L’héritage de Wittgenstein peut aussi être décelé dans la conception de l’action, avec la pensée que tout geste et tout énoncé possèdent un degré d’objectivité, ce qui permet à des individus d’agir de concert dans le sentiment de le faire de manière relativement adéquate, ainsi que dans celle de la coordination, reposant sur la normativité intrinsèque des pratiques.

7Ainsi, la connaissance, envisagée comme une faculté à connaître, est un objet légitime pour l’enquête sociologique. Cela conduit Ogien à explorer trois grands thèmes sociologiques liés à la signification et à ses usages: 1) la connaissance ordinaire, 2) l’interprétation objective, 3) l’accord dans la coordination.

1. La connaissance ordinaire

8Les sociologues d’aujourd’hui partagent de manière quasi-unanime deux convictions: le déterminisme est un modèle d’explication des conduites humaines largement insatisfaisant; le type de savoir détenu par les individus sur le monde et son organisation, joue un rôle important dans la réalisation de l’action. Par ailleurs, rares sont ceux qui penseraient pouvoir isoler connaissance pratique de la réalisation de l’action.

9Ogien déplore cependant que la définition de la connaissance ne demeure que trop générale, et propose un début de clarification conceptuelle par la distinction entre «savoir de sens commun» et «connaissance ordinaire», qu’il définit comme un ensemble d’éléments de savoirs et d’instructions réglant les usages. Cette connaissance s’exerce immédiatement et exclusivement dans l’action, suppose un rapport direct avec le monde une fois que l’individu a appris une langue naturelle, et s’actualise dans le comportement et les énoncés.

10Après avoir identifié les propriétés sociologiques de la connaissance ordinaire, Ogien examine, en posant pour hypothèse que les pratiques de conceptualisation sont sociales dans la mesure où elles font obligation aux agents de se conformer à des normes de conduites et de communication, les arguments permettant de retenir l’existence d’un accord préalable.

2. L’interprétation objective

11Pour Ogien, la quête d’un modèle de l’interprétation objective permet de revenir à la question: «En quoi l’accomplissement de l’action dépend-il de l’exercice de la connaissance?» D’une analyse comparative des approches interprétative et herméneutique, il tire quelques conséquences pratiques pour l’enquête et l’analyse sociologiques.

12Pour Ogien, si la prise en compte du point de vue des acteurs n’est plus l’apanage des démarches interactionnistes, force est de constater que les sociologues n’accordent cependant que peu de crédit à la parole recueillie, dans la mesure où ils l’accompagnent d’un complément de sens. Pour sortir de ce travers, l’auteur entrevoit des solutions dans le modèle de l’interprétation objective, qui contribue à la clarification de l’usage de la connaissance en sociologie par une reconnaissance des savoirs pratiques, en proposant notamment la distinction entre des savoirs propositionnels (ce que l’individu dit de ce qu’il fait) des savoirs non propositionnels.

13Dans ce modèle, la théorie de la signification est considérée comme une théorie de la compréhension: la signification se confond totalement avec l’usage. Le modèle de l’interprétation objective admet en outre que la présence physique et le statut (connu ou supposé) de l’interlocuteur sont toujours parties intégrantes de la formulation.

14D’un autre côté, la compréhension implique une interprétation objective qui relève à la fois de la connaissance ordinaire et d’une interprétation subjective dépendant d’un travail de formulation et d’élucidation, mobilisant les catégories descriptives du savoir du sens commun.

3. L’accord dans la coordination

15La question de la coordination est une des difficultés propres aux explications sociologiques de l’action faisant appel à la notion de connaissance.

16Ogien note que dans l’action en commun, les agents disposent d’une forme de préscience des choses, ainsi que de la capacité immédiate à associer une intention à des conduites et à adapter cette association dans le cours du déroulement de l’action. Les critères (entendus au sens de Wittgenstein) d’identification de l’intention sont contenus dans les rôles et situations, tels que les définit Goffman, ainsi que dans le langage ordinaire.

17Pour l’auteur, la normativité de ces critères tient à ce qu’ils sont indispensables aux agents dans l’exercice de la connaissance ordinaire.

18Ainsi, pour la sociologie de la connaissance, un accord préalable est une condition nécessaire de possibilité de l’action. Mais à la différence de Wittgenstein, Ogien ne le situe pas dans le langage ou les jugements, mais dans la coordination. Et c’est cet accord dans la coordination qui donne aux mots énoncés dans la situation d’action leurs propriétés compréhensives.

Top of page

References

Bibliographical reference

Céline Harnay, « A. Ogien. Les formes sociales de la pensée. La sociologie après Wittgenstein », L'orientation scolaire et professionnelle, 38/2 | 2009, 259-262.

Electronic reference

Céline Harnay, « A. Ogien. Les formes sociales de la pensée. La sociologie après Wittgenstein », L'orientation scolaire et professionnelle [Online], 38/2 | 2009, Online since 08 December 2009, connection on 28 April 2017. URL : http://osp.revues.org/1929

Top of page

About the author

Céline Harnay

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Cnam Inetop - Formation et recherche en orientation
  • Revues.org