Skip to navigation – Site map
Cahier outils, méthodes et pratiques professionnelles en orientation
580

Étude d’adaptation du questionnaire d’intérêts professionnels au contexte burkinabé

Issa Abbou Moumoula

Abstract

Dans le cadre de ses activités d’aide aux choix, le conseiller d’orientation au Burkina Faso utilise des tests de personnalité, des tests d’efficience ou des questionnaires d’intérêts. Mais les outils qu’il utilise ne sont pas souvent adaptés au contexte local, ce qui pose le problème de la pertinence de leur utilisation. Nous analysons dans ce texte les résultats de l’étude d’adaptation du questionnaire d’intérêts professionnels au contexte socio-professionnel du Burkina Faso. Après un rappel historique de l’orientation, nous présentons le questionnaire dans sa version révisée et nous étudions sa validité dans le contexte burkinabé.

Within the framework of his help in choice-making activities, the career adviser in Burkina Faso uses personality tests, efficiency tests or interest inventories. But the tools that he or she uses are not often adapted to the local context, which poses the problem of the relevance of their use. In this text, we analyze the results of the study on adaptation of the Professional Interest Inventory to the socio-professional context of Burkina Faso. After having presented the historical background of orientation, we will present the inventory in its revised version and we will study its validity in the burkinabe context.

Top of page

Full text

Introduction

  • 1  Deux conseillers sur les cinq formés à l’I.N.E.T.O.P. exercent encore à plein temps.

1Au Burkina Faso, pays sahélien situé au cœur de l’Afrique de l’Ouest, l’action d’orientation est limitée par l’absence de ressources financières devant permettre le développement des activités d’orientation. La seconde limite porte sur le faible nombre de conseillers d’orientation1. La mission principale du conseiller d’orientation est d’informer les élèves et les étudiants sur les études et les professions. L’absence de recherches systématiques sur les questions d’orientation, susceptibles de fournir une meilleure connaissance des adolescents burkinabés, prive les conseillers d’orientation de références et explique en partie les limites de leurs pratiques sur le terrain. C’est à ce niveau que réside l’intérêt de cette étude d’adaptation du Questionnaire d’Intérêts Professionnels au contexte socio-culturel du Burkina Faso. Ce questionnaire a été mis au point par Larcebeau en 1967. Les études de validation réalisées par l’auteur à cette période avaient porté sur la liaison entre le score d’intérêts et les études poursuivies. Cette liaison était particulièrement nette pour les intérêts littéraires. L’objectif, à terme, est de doter les conseillers burkinabés d’un outil d’aide à l’orientation des élèves. Par ailleurs, ce travail s’inscrit dans un cadre de réflexion sur la validité des tests ou des questionnaires dans un contexte culturellement différent de celui dans lequel ils ont été conçus.

Éléments de contexte

Un peu d’histoire

2« Le développement de l’orientation scolaire et professionnelle fait partie du procès de différenciation des tâches au sein de l’organisation scolaire » (Mellouki & Beauchemin, 1994, p. 465). L’intérêt pour l’orientation scolaire et professionnelle est né au Burkina Faso au début des années 1970. L’orientation se faisait alors dans presque tous les pays, au Burkina Faso comme ailleurs, selon une des trois grandes perspectives décrites par Guichard et Huteau (2001) dans l’étude des relations entre les champs professionnels et les propriétés des individus relativement stabilisées, à savoir, le modèle psychotechnique. En effet, dans ce contexte, le praticien était un expert psychotechnicien qui se proposait de convaincre son consultant du bien-fondé de ses conseils.

3Au Burkina Faso, cette conception a été vite dépassée pour plusieurs raisons. D’abord il y avait peu de personnel qualifié pour la passation des tests. Ensuite, ces tests étaient jugés inadaptés à la psychologie des enfants du pays. Enfin, avec la démocratisation de l’enseignement, la conception même de l’orientation avait changé. Les pratiques actuelles en orientation ont une perspective plus large. Guichard et Huteau (2001) parlent d’orientation tout au long de la vie. Selon ces auteurs, l’orientation permet d’une part, une répartition des élèves dans les filières du système scolaire et différentes activités éducatives visant à préparer collégiens et lycéens à effectuer des choix de carrière professionnelle et personnelle. D’autre part, elle est vue comme un ensemble de pratiques visant à aider les adultes lors des transitions qui marquent le cours de leur vie. Ainsi, dans le système éducatif burkinabé, l’orientation ne devait plus seulement faire correspondre des profils d’élèves à des profils de formations ou de métiers mais aussi s’occuper de gestion des flux scolaires aux différents paliers du système scolaire. Il s’agit :

  • du premier palier qui marque le passage du primaire au premier cycle de l’enseignement secondaire ;

  • du second palier qui concerne l’étape de l’entrée en B.E.P. et en seconde ;

  • du troisième palier qui marque la transition lycée-enseignement supérieur.

La transition lycée-enseignement supérieur au Burkina Faso

4Dans le système éducatif burkinabé, la classe de terminale constitue un important palier d’orientation. Les élèves parvenus à ce niveau sont appelés à formuler des vœux d’orientation pour l’enseignement supérieur. Le contexte social burkinabé est marqué par un collectivisme qui n’est pas sans conséquence sur les possibilités des individus à faire des choix par eux-mêmes et pour eux-mêmes. Ce contexte social veut que ce soit légitime pour un parent voire un aîné de décider et de choisir pour les plus jeunes. L’ensemble des pressions à la fois familiale (parents, aînés...), financière (pauvreté...), sociale (collectivisme) et institutionnelle (offres réduites de formations, plus ou moins rigidité de l’orientation...) qui s’exercent sur l’individu pose le problème même du choix individuel de formation. On observe ainsi plusieurs niveaux de contradictions entre les dimensions individuelles et collectives en jeu dans l’orientation (Moumoula, 2005) :

  • Un premier niveau de contradiction rend compte des désaccords qui existent entre les vœux des « familles » et les besoins de compétences nationales. Par exemple, il y a un certain nombre de métiers (et donc de formations) qui sont plébiscités par les familles comme ceux de médecin, économiste, journaliste, informaticien, pilote de ligne, comptable, juriste, sociologue... La conséquence de ce plébiscite est un nombre important de demandes d’orientation vers ces domaines largement supérieur à l’offre de formation et aux possibilités réelles d’insertion.

  • Un deuxième niveau de contradiction est interne aux familles. Les souhaits des élèves peuvent être discordants avec les désirs des parents, le projet personnel s’oppose au projet parental.

  • Un troisième niveau de contradiction concerne l’écart qui peut exister entre les vœux de l’élève et les possibilités de formations existantes sur le terrain ou entre les vœux et les places vacantes dans les formations disponibles.

  • Un dernier niveau de contradiction se situe au niveau même de l’élève. Dans le cas où il sait ce qu’il veut, celui-ci peut être tiraillé par des désirs qui sont en contradiction avec ses capacités, ses aptitudes ou ses potentialités.

5Ces quatre niveaux de contradictions rendent bien compte de la complexité du choix d’orientation et de la difficulté à « s’orienter » et à « être orienté ».

6Au Burkina Faso, la mission principale du conseiller d’orientation est d’informer les élèves et les étudiants sur les études et les professions. Il est également chargé de les éclairer sur leurs préférences professionnelles. L’absence de support, comme nous l’avons mentionné plus haut, prive le conseiller burkinabé d’informations complémentaires sur le sujet. Par exemple, ses préférences professionnelles, ses atouts, ses faiblesses... L’adaptation d’un test comme le Q.I.P. permet d’aider les adolescents burkinabés à mieux se repérer dans leurs choix lors de la transition lycée-enseignement supérieur, en leur offrant la possibilité de connaître leurs intérêts pour différents types de professions.

Le questionnaire d’intérêts professionnels : objectifs et descriptifs

Origine et principe de construction

7Le Questionnaire d’Intérêts Professionnels (Q.I.P.) fait partie de cette variété d’inventaires ayant trait à la personnalité et est destiné à renseigner sur l’orientation de l’activité d’un individu. Il permet ainsi de savoir quels objets, quelles activités cet individu recherche ou évite habituellement.

8Le Q.I.P. a été construit selon le modèle des intérêts de Kuder au service de recherches de l’I.N.O.P. par S. Larcebeau en 1967. Il y avait une version pour garçons (Q.I.P./m) et une version pour filles (Q.I.P./f). Cette première version permettait d’estimer neuf catégories d’intérêts : littéraires, artistiques, sportifs, altruistes, techniques, pour l’administration, pour les relations d’affaires, pour la nature (Q.I.P./m) ou pour le foyer (Q.I.P./f). L’auteur avait pour objectif de mesurer les intérêts professionnels grâce aux préférences exprimées par les sujets. Depuis son élaboration, ce questionnaire a été utilisé dans plusieurs recherches sur la structure des intérêts des lycéens. À ce sujet, les études menées par Larcebeau (1967) révèlent que certaines catégories d’intérêts sont plus homogènes pour un sexe que pour l’autre. Par exemple, les catégories d’intérêts littéraires et artistiques sont plus homogènes chez les filles. De même, une des catégories d’intérêts inventoriées n’a pas la même structure chez les filles et chez les garçons : il s’agit des intérêts pour les activités pratiques qui, chez les garçons, se scindent en deux catégories se rapportant, l’une, à des activités qualifiées à l’époque de viriles, l’autre à des activités considérées comme plutôt « féminines ».

9Pour la construction de l’outil, l’auteur a choisi, pour chaque catégorie d’intérêts ou d’activités dix professions qui semblaient toutes représentatives du type d’intérêts sous-jacents et qui étaient toutes assez diversifiées. La validation de l’hypothèse de construction s’est basée sur deux types de calcul :

  • l’estimation de la liaison de chaque profession avec la catégorie de rattachement par le calcul du coefficient de corrélation entre le rang attribué à la profession et le total des rangs attribués aux professions de la catégorie ;

  • pour chaque profession, on a comparé la moyenne des rangs attribués à cette profession par les sujets à la moyenne des rangs attribués par l’ensemble des sujets. Les professions pour lesquelles la différence entre les classements moyens des deux groupes n’était pas significative ont été remplacées dans la version définitive.

Révision du questionnaire

10Pierre Vrignaud, chercheur à l’I.N.E.T.O.P., a, en 1995, procédé à la révision du questionnaire initial. La nouvelle version ainsi élaborée est appelée version « mixte » (Q.I.P./X). La rénovation a porté à la fois sur la fusion entre les versions féminine et masculine, l’actualisation du contenu des items, et sur la restructuration de la typologie des intérêts qui comprend actuellement dix dimensions au lieu de neuf. La version actuelle du questionnaire est composée d’une liste de 10 séries de 10 professions (voir annexe A).

Méthodologie

L’adaptation de la version révisée du questionnaire

11Nous avons procédé à l’adaptation de la version révisée du Q.I.P. (Vrignaud, 1995). Celle-ci s’est faite en deux temps :

  • Nous avons, dans un premier temps, procédé à l’identification des professions inexistantes ou mal comprises dans le paysage socioprofessionnel du Burkina Faso. Cette première étape nous a permis d’isoler 13 professions (voir tableau 1).

  • La seconde étape a consisté en un remplacement de ces 13 professions par d’autres plus représentatives dans le contexte burkinabé. Le principe était de trouver des professions présentant les mêmes intérêts que celles qui sont remplacées. Elles ont été soumises à des calculs statistiques afin de prouver leur validité dans le questionnaire. Ce travail de substitution a donné les résultats suivants (voir tableau 1) :

Tableau 1/Table 1

Tableau 1/Table 1

Remplacement des professions non existantes
Replacing the professions which do not exist in this context

Participants

  • 2  A : philosophie-lettres ;C : mathématiques et sciences physiques ;D : mathématiques et sciences de (...)

12Le Questionnaire d’Intérêts Professionnels s’adresse aux adolescents de première et de terminale des lycées toutes sections dont l’âge est compris entre 17 et 20  ans. Nous avons appliqué celui-ci à un échantillon issu du second cycle de l’enseignement secondaire du Burkina Faso. Ce cycle est sanctionné par un examen terminal qui donne lieu à la délivrance du diplôme du baccalauréat. L’enseignement secondaire est caractérisé par un déséquilibre entre enseignement général et enseignement technique, entre garçons et filles. On note également une prédominance de l’enseignement général par rapport à l’enseignement technique et professionnel. En 2000, le pourcentage d’adolescents scolarisés était estimé à 11,9 % et se répartissait comme suit dans les différentes filières2 : série D (54,11 %) ; série A (24 %) ; série C (2 %) et 18 % pour les séries techniques réunies (E, F, G et H). Pour la même année, le ratio garçons/filles se présentait de la manière suivante : en série A, les garçons représentaient 65,42 %, les filles, 34,58 % ; en série C, ils étaient 92,19 % ; en série D, on dénombrait 79,23 % de garçons contre 20,77 % de filles. Cependant, les séries tertiaires font exception. En effet, la présence du nombre de filles dans ces séries (G1 et G2) est plus importante. Sur les 1 914 élèves que comptent ces séries, les filles représentent 55,48 %. Les préférences des filles pour le secteur tertiaire expliquent ce pourcentage élevé (Nabaloum-Bakyono, 2001 ; Moumoula, 2004).

13Le questionnaire a été soumis à 600 élèves de terminale des séries A4, C, D, E, F1, F2, F3, G1, G2 et H de 16 établissements des villes et campagnes du pays. La majorité de notre échantillon, comme l’indique le tableau 2, a un âge compris entre 18 et 23  ans, soit 89,33 % de l’échantillon. C’est la tranche d’âge des lycéens qui ont connu un cursus scolaire normal. Ces lycéens ont été scolarisés à l’âge de 7  ans et ont redoublé deux fois au plus entre le cycle préparatoire et la classe de terminale.

Tableau 2/Table 2

Tableau 2/Table 2

Répartition de l’échantillon selon le sexe, l’âge et la série d’études
Distribution of the sample according to gender, age and academic pathway

14Le tableau indique que la série D est la plus représentée. Elle représente 44,16 % de l’échantillon. Vient ensuite la série littéraire A (16,16 %). Les séries E et H ferment la marche avec respectivement 2,5 % et 2,6 %.

Modes de réponse

15Le mode de réponse est le suivant. On demande au sujet d’indiquer :

  • les trois professions qui l’intéressent le plus en mettant un signe plus en face des numéros correspondants ;

  • les trois professions qui l’intéressent le moins en mettant un signe moins en face des numéros correspondants ;

  • il reste quatre professions auxquelles aucun signe n’est attribué. L’absence de signe ne signifie nullement qu’elles sont jugées moins importantes.

16La correction se fait à l’aide d’une grille. Elle peut être faite par le sujet au cours de la séance d’application.

Déroulement de l’enquête

  • 3  L’intérêt de cette étude pour le développement de l’orientation au Burkina Faso réside dans le fai (...)

17La passation du questionnaire était collective et sans contrainte. Après l’accord des chefs d’établissement concernés par l’enquête, nous avons expliqué aux élèves l’objectif de l’enquête et l’intérêt pour le développement de l’orientation au Burkina Faso3. Nous avons ensuite précisé qu’il ne s’agissait pas d’une épreuve d’évaluation scolaire, mais d’un outil d’aide aux choix professionnels lors de la transition lycée-enseignement supérieur. Les chefs d’établissements, en plus des élèves concernés au premier plan par cette enquête, ont marqué leur intérêt pour la mise en place de cet outil dans le système d’orientation au Burkina.

Présentation des résultats de l’étude

18Dans cette partie, nous présentons les tris à plat visant à caractériser les professions selon leur popularité auprès de nos participants. Pour cela, nous avons exposé pour chacune des professions, les résultats en terme de pourcentage. Pour la suite de l’étude, deux types d’analyse sont appliquées aux données :

  1. les indices de tendance centrale et de dispersion pour déterminer la hiérarchie des intérêts et le consensus qui pourrait se dégager autour de cette hiérarchie ;

  2. des corrélations pour l’étude de la validité de contenu, du construit et la validité critérielle.

Les tris à plat des résultats relatifs à la connaissance des professions

Les professions ayant une popularité élevée

19

Tableau 3/Table 3

Tableau 3/Table 3

Les professions ayant une forte popularité
Professions with high popularity

20Après avoir examiné les professions sélectionnées par les participants comme étant les plus attrayantes, nous avons retenu un pourcentage supérieur ou égal à 55 % comme indice de forte popularité d’une profession. Les résultats du tableau 3 montrent que seulement 8 métiers sur 100 présentent une forte popularité. Ces métiers concernent 4 catégories d’intérêts : technique, nature, relations d’affaires et altruiste. Cette forte popularité est vraisemblablement due au fait qu’ils font partie des métiers concernés par les concours de recrutement organisés tous les ans au niveau de l’administration publique burkinabée.

Les professions ayant une popularité faible

21Nous nous intéressons dans ce cas à l’effet plancher, c’est-à-dire aux professions ayant été choisies par moins de 10 % de l’échantillon (voir tableau 4). L’inexistence ou la représentation qu’on se fait de certaines professions dans le contexte burkinabé pourrait expliquer ces faibles taux. En effet, coureur cycliste et danseur qui enregistrent les plus bas scores comme l’indique le tableau 4 ci-contre, ne sont pas considérés comme des métiers au Burkina, mais comme des activités occasionnelles ou de loisir. Exemple, le coureur cycliste au Burkina n’est en activité que pendant le tour cycliste international du Faso qui a lieu une fois l’an.

La distribution des intérêts des lycéens

22Il s’agit de déterminer les catégories professionnelles auxquelles les élèves accordent le plus d’intérêt. Pour ce faire, nous avons calculé des moyennes qui sont obtenues à partir des notes attribuées (0, 1 ou 2) par les participants aux professions composant une catégorie d’intérêts donnée. La moyenne est d’autant plus élevée que l’attrait pour cette catégorie est important. On peut constater, dans le tableau 5, que la préférence des élèves en terme d’attrait va aux catégories Technique, Relations d’affaires et Nature avec respectivement une moyenne de 11,99 ; 11,78 et 11,67. Au niveau des écarts-types, on note une plus grande variabilité des intérêts à la catégorie Technique avec un indice de 4,06.

Tableau 4/Table 4

Tableau 4/Table 4

Les professions ayant une popularité faible
Professions with low popularity

Tableau 5/Table 5

Tableau 5/Table 5

Moyennes et écarts-types pour les 10 catégories d’intérêts classés par ordre décroissant
Mean values and standard deviations for the 10 categories of interest classified in descending order

L’étude de la validation du questionnaire

23Dans cette partie, nous nous interrogeons sur la qualité et la signification des éléments mesurés par notre questionnaire. Il s’agit de la validation de la mesure. Dans la littérature psychométrique, on retrouve les concepts de validité ou de validation. Selon Dickes, Tournois, Flieller et Kop (1994), « le concept de validité est devenu validation par la suite ». Nous choisissons le concept de validité connu des lecteurs. Pour Messick (1989), la validation « n’est rien d’autre, par essence, qu’une recherche scientifique de la signification des mesures, rien de plus, mais également rien de moins » (p. 56). Selon Dickes, Tournois, Flieller et Kop (1994), elle est définie comme « un processus de recherche continue qui s’appuie sur un faisceau d’arguments et de preuves. Ces preuves peuvent être obtenues par des approches différentes dont les types de validité constituent des exemples » (p. 49). Elle recouvre ainsi trois types de validité classiquement étudiés (validité de contenu, validité de construit, validité critérielle). Nous nous attachons à vérifier trois types de validité : la consistance interne de l’échelle, la validité du construit et la validité critérielle.

La consistance interne de l’échelle

24Il s’agit de l’analyse interne des dix dimensions constituant l’outil. Cette analyse permet de savoir si les items tels qu’ils sont formulés font effectivement partie de la dimension à laquelle ils sont rattachés par construction. Autrement dit, mesurent-ils tous bien la même dimension ? L’appréciation globale de la consistance interne des dimensions du questionnaire est donnée par le coefficient alpha de Cronbach dont la valeur varie entre 0 et 1. Les valeurs du coefficient alpha sont présentées dans le tableau 6.

Tableau 6/Table 6

Tableau 6/Table 6

Valeurs du coefficient alpha de Cronbach selon les dimensions du Q.I.P. version burkinabée
Values of the alpha coefficient according to the dimensions of the Burkinabe version of the Professional Interest Inventory

25Dans la littérature psychométrique, on juge généralement qu’une échelle a une consistance interne satisfaisante à partir de .70 et plus. Ainsi, le tableau 6 ci-dessus indique que les catégories Technique et Littéraire ont une consistance interne satisfaisante. Suivent ensuite les catégories Artistique, Nature, et Foyer avec une consistance interne modeste. La consistance globale est jugée également modeste (.63).

Les intercorrélations entre catégories d’intérêts

26La validité de construit est appelée aussi parfois validité hypothético-déductive. Selon Messick (1989), la validité de construit regroupe tout ce qui concourt à l’interprétation et à la signification des mesures ; elle englobe notamment la validité de contenu et la validité critérielle. Dans le cas présent, nous nous sommes intéressés aux degrés de liaison entre les dimensions.

Tableau 7/Table 7

Tableau 7/Table 7

Corrélations entre les catégories d’intérêts
Correlations between categories of interest

27L’examen du tableau montre que l’intérêt pour certaines catégories de professions corrèlent positivement et modérément ou assez fortement avec l’intérêt pour d’autres professions. Par exemple, les étudiants qui ont des intérêts pour les professions de la Nature manifestent également plus d’intérêts pour les professions techniques ; ceux qui ont des intérêts littéraires ou pour les relations d’affaires manifestent respectivement un intérêt pour les professions artistiques et pour l’administration ou pour l’administration uniquement. Inversement, on peut constater que lorsque des étudiants manifestent des intérêts pour certaines professions, cela s’accompagne d’un moindre intérêt pour toute une série d’autres professions. Par exemple, les étudiants qui montrent des intérêts pour les professions techniques manifestent parallèlement moins d’intérêts pour les professions altruistes, littéraires, sportives, et pour le foyer ; ceux qui s’intéressent aux relations d’affaires sont moins attirés par les professions scientifiques, altruistes ou celles marquées par un intérêt pour la nature.

Sexe et intérêts professionnels

28Dans l’objectif d’examiner la validité de l’instrument, nous avons cherché à examiner dans quelle mesure le sexe des étudiants pouvait être associé à leurs intérêts professionnels ainsi que cela est constaté dans la littérature sur d’autres types de populations (Super, 1963 ; Larcebeau, 1971 et 1978 ; Descombes, 1971 ; Vrignaud et al., 1994). Compte tenu des travaux antérieurs, nous avons formulé deux hypothèses :

  • Hypothèse 1 : on s’attend à ce que les filles aient une moyenne plus élevée que les garçons dans les catégories littéraire, artistique, altruiste, pour le foyer et pour l’administration.

  • Hypothèse 2 : on s’attend à ce que les garçons obtiennent une moyenne plus élevée que les filles dans les catégories scientifique, technique, sport et nature.

29Pour éprouver ces hypothèses, nous avons calculé les moyennes des filles et des garçons pour différentes catégories d’intérêts et les avons comparées. Afin de savoir si la différence entre les deux groupes pour chaque catégorie d’intérêts est significative, nous avons utilisé un t de Student. Le tableau 8 présente les moyennes, les écarts-types et la valeur du t de student.

Tableau 8/Table 8

Tableau 8/Table 8

Moyennes, écart-types (entre parenthèses), et t de Student pour les différentes catégories d’intérêts selon le sexe
Mean values, standard deviations (in brackets), and t for the different categories of interests according to the gender

30L’examen du tableau 8 nous permet de constater que les filles manifestent des intérêts professionnels significativement différents de ceux des garçons sur un grand nombre de catégories d’intérêts. Conformément à la première hypothèse que nous avions formulée, les filles ont des intérêts professionnels plus marqués que les garçons pour les catégories Littéraire, Artistique, Altruiste, Foyer, et Administratif. À l’inverse, les garçons manifestent des intérêts plus importants que les filles pour les catégories Science, Technique, Sport et Nature, conformément à notre hypothèse 2. Les seuls domaines pour lesquels on ne constate pas de différences entre les sexes sont les catégories Artistique et Relations d’Affaires.

Discussion

31Le problème de l’orientation des élèves au Burkina Faso se pose avec beaucoup d’acuité. L’absence d’outil d’aide à l’orientation soumet les élèves à des choix hasardeux. Nous avons voulu ainsi conduire cette étude d’adaptation du Q.I.P. au contexte burkinabé afin de permettre aux lycéens d’avoir une meilleure transition vers l’enseignement supérieur. L’adaptation de la forme mixte nous a paru pertinente d’autant plus qu’au Burkina, on assiste de plus en plus à une mixité des métiers. Malgré l’existence d’un tel outil, le choix de l’élève burkinabé reste lié au contexte qui constitue, pour lui, des barrières objectives ou subjectives à sa liberté de choix.

32Après analyse des résultats, on constate une consistance interne modeste de l’échelle globale. Sur les dix échelles, cinq présentent une consistance interne satisfaisante ou modeste (Litéraire, Artistique, Nature, Foyer, Technique) ; les cinq autres présentent une consistance interne peu satisfaisante (Altruiste, Administration, Science, Sport et Relations d’Affaires). Les représentations des métiers chez les jeunes burkinabés qui sont sources de difficultés ont pu jouer sur certaines valeurs psychométriques du questionnaire. Les résultats indiquent par ailleurs des liaisons entre les catégories d’intérêts et le sexe des étudiants. Ceux-ci vont dans le sens des résultats de certains travaux comme ceux de Larcebeau, Vrignaud et Descombes en ce qui concerne les intérêts et les différences de sexe.

  • 4  Voir thèses de doctorat de R. Nabaloum Bakyono et de I. A. Moumoula. I.N.E.T.O.P., C.N.A.M. : Pari (...)

33On pourrait s’interroger sur la fiabilité de l’outil dans le contexte burkinabé compte tenu de la nette différence culturelle entre la France et le Burkina Faso. Le modèle économique et de travail du Burkina Faso est essentiellement rural. Les intérêts professionnels des adolescents burkinabés sont souvent associés à certains métiers qui relèvent du secteur informel ou qui sont moins développés et par conséquent moins pourvoyeurs d’emploi. C’est le cas des métiers comme ceux de vendeur, styliste en haute couture, éditeur... D’autres métiers sont vus plutôt comme des loisirs, c’est le cas, par exemple, du métier de coureur cycliste. Des recherches sur la manière dont les élèves disent qu’ils déterminent leurs choix d’études existent et sont des outils pour comprendre et analyser les facteurs déterminants ou présentés comme tels quand on interroge les élèves eux-mêmes4. Nous devons aussi travailler à créer des outils indispensables à notre activité professionnelle et qui peuvent contribuer à donner de la visibilité à notre secteur professionnel comme par exemple la création d’un répertoire des métiers et d’un observatoire des métiers et des qualifications.

34Notre étude présente des limites tant sur le plan méthodologique que sur le plan des analyses statistiques. Sur le plan des calculs statistiques par exemple, nous n’avons pas pu effectuer une analyse factorielle qui aurait permis de dégager de l’ensemble des réponses des dimensions ou facteurs qui rendent compte de leur organisation. Ces facteurs seraient particulièrement utiles pour l’interprétation des profils des sujets, d’où l’intérêt de leur prise en compte dans des travaux ultérieurs.

Top of page

Bibliography

C.I.O.S.P. (2000). Procès verbal de l’adaptation du questionnaire d’intérêts professionnels au contexte burkinabé, version étalonnée. C.I.O.S.P.B. : Ouagadougou.

Descombes, J.-P. (1971). Intérêts et choix professionnels. Neuchâtel : Delachaux et Niestlé.

Dickes, P., Tournois, J., Flieller, A., & Kop, J.-L. (1994). La psychométrie. Paris : Presses universitaires de France.

Guichard, J., & Huteau, M. (2001). Psychologie de l’orientation. Paris : Dunod.

Larcebeau, S. (1971). Deux inventaires d’intérêts destinés aux élèves du second cycle de l’enseignement secondaire : Q.I.A./m et f et Q.I.P./m et f. Bulletin de l’Institut National de l’Orientation Professionnelle, 27, 303-325.

Larcebeau, S. (1978). Le choix professionnel d’élèves de classe terminale, Premiers résultats d’une enquête. L’Orientation Scolaire et Professionnelle, 8, 215-244.

Mellouki M., & Beauchemin M. (1994). L’institutionnalisation, la crise et l’éclatement du champ de l’orientation scolaire et professionnelle au Québec (1960-1990). L’Orientation Scolaire et Professionnelle, 23, 465-480.

Messick, S. (1989). Validity. In R. L. Linn (éd.), Educational Measurement (3e éd.) (pp. 13-103), New York : Macmillan.

Ministère des Enseignements secondaire, supérieur et de la Recherche scientifique. Direction des études et de la planification (1999-2000). Annuaire statistique de l’enseignement secondaire, version détaillée.

Moumoula, I.-A. (1998). Étude sur les projets d’avenir des lycéens de terminale du Burkina Faso. Mémoire pour le diplôme d’État de conseiller d’orientation-psychologue. I.N.E.T.O.P. : Paris.

Moumoula, I.-A. (2004). Représentations d’avenir des lycéens de classes terminales du Burkina et éducation en orientation. Thèse de doctorat en psychologie nouveau régime. I.N.E.T.O.P (C.N.A.M.) : Paris.

Moumoula, I.-A. (2005). L’orientation scolaire et professionnelle au Burkina Faso. Revue Internationale d’Éducation. Sèvres, 38, 67-75.

Nabaloum-Bakyono, R. (2001). La transition enseignement secondaire-enseignement supérieur au Burkina Faso : une approche des représentations des procédures d’orientation et des stratégies de choix de formations des lycéens. Thèse de doctorat en psychologie nouveau régime. I.N.E.T.O.P. (C.N.A.M.) : Paris.

Nunnally, J. C. (1978). Psychometric theory. New York : Mc Graw Hill.

Super, D. E. et al. (1963). Self concepts in vocational Development. In D. E. Super and al.,Career development : Self-concept Theory (pp. 17-32). New York : College Entrance Examination Board.

Vrignaud, P. et al. (1994). La structure des intérêts dans une perspective interculturelle : le modèle de Holland est-il transférable en France ? In J.-L. Bernaud, J.-P. Dupont, P. Priou, & Vrignaud, P. (1995), Les questionnaires d’intérêts professionnels. Numéro spécial de Psychologie et Psychométrie.

Top of page

Annex

Annexe A

Liste des professions correspondant à la version révisée du Q.I.P. (Vrignaud, 1995) :

Top of page

Notes

1  Deux conseillers sur les cinq formés à l’I.N.E.T.O.P. exercent encore à plein temps.

2  A : philosophie-lettres ;C : mathématiques et sciences physiques ;D : mathématiques et sciences de la vie et de la terre ;E : mathématiques et technique ;F est composé de F1 (construction mécanique), F2 (électronique) et F3 (électrotechnique) ; G est composé de G1 (secrétariat) et G2 (comptabilité) ; H : informatique.

3  L’intérêt de cette étude pour le développement de l’orientation au Burkina Faso réside dans le fait qu’elle est la première du genre. Elle devait aboutir à la mise à disposition du premier support d’aide aux choix des filières de formation qui soit adapté au contexte local.

4  Voir thèses de doctorat de R. Nabaloum Bakyono et de I. A. Moumoula. I.N.E.T.O.P., C.N.A.M. : Paris.

Top of page

List of illustrations

Title Tableau 1/Table 1
Caption Remplacement des professions non existantesReplacing the professions which do not exist in this context
URL http://osp.revues.org/docannexe/image/2396/img-1.jpg
File image/jpeg, 144k
Title Tableau 2/Table 2
Caption Répartition de l’échantillon selon le sexe, l’âge et la série d’étudesDistribution of the sample according to gender, age and academic pathway
URL http://osp.revues.org/docannexe/image/2396/img-2.jpg
File image/jpeg, 352k
Title Tableau 3/Table 3
Caption Les professions ayant une forte popularitéProfessions with high popularity
URL http://osp.revues.org/docannexe/image/2396/img-3.jpg
File image/jpeg, 68k
Title Tableau 4/Table 4
Caption Les professions ayant une popularité faibleProfessions with low popularity
URL http://osp.revues.org/docannexe/image/2396/img-4.jpg
File image/jpeg, 56k
Title Tableau 5/Table 5
Caption Moyennes et écarts-types pour les 10 catégories d’intérêts classés par ordre décroissant Mean values and standard deviations for the 10 categories of interest classified in descending order
URL http://osp.revues.org/docannexe/image/2396/img-5.jpg
File image/jpeg, 52k
Title Tableau 6/Table 6
Caption Valeurs du coefficient alpha de Cronbach selon les dimensions du Q.I.P. version burkinabéeValues of the alpha coefficient according to the dimensions of the Burkinabe version of the Professional Interest Inventory
URL http://osp.revues.org/docannexe/image/2396/img-6.jpg
File image/jpeg, 20k
Title Tableau 7/Table 7
Caption Corrélations entre les catégories d’intérêts Correlations between categories of interest
URL http://osp.revues.org/docannexe/image/2396/img-7.jpg
File image/jpeg, 80k
Title Tableau 8/Table 8
Caption Moyennes, écart-types (entre parenthèses), et t de Student pour les différentes catégories d’intérêts selon le sexeMean values, standard deviations (in brackets), and t for the different categories of interests according to the gender
URL http://osp.revues.org/docannexe/image/2396/img-8.jpg
File image/jpeg, 60k
URL http://osp.revues.org/docannexe/image/2396/img-9.jpg
File image/jpeg, 257k
Top of page

References

Electronic reference

Issa Abbou Moumoula, « Étude d’adaptation du questionnaire d’intérêts professionnels au contexte burkinabé », L'orientation scolaire et professionnelle [Online], 35/4 | 2006, document 580, Online since 15 December 2009, connection on 22 October 2017. URL : http://osp.revues.org/2396 ; DOI : 10.4000/osp.2396

Top of page

About the author

Issa Abbou Moumoula

Ancien conseiller d’orientation, Issa Abdou Moumoula est titulaire d’un DEA en sciences de l’éducation et d’un doctorat en psychologie au Conservatoire national des arts et métiers (CNAM-Paris). Il est actuellement enseignant-chercheur et directeur de l’UFR/Lettres, sciences sociales et humaines de l’université de Koudougou (BP 376, Burkina Faso). Courriel : moumoulai@yahoo.com

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Cnam Inetop - Formation et recherche en orientation
  • Revues.org