Skip to navigation – Site map

Introduction

L’orientation scolaire et professionnelle en Suisse
Jonas Masdonati, Koorosh Massoudi and Jérôme Rossier

Abstracts

The introduction to the thematic issue on Switzerland describes some institutional, political and socio-economic peculiarities of this country, in order to situate the following contributions. It also exposes logics for the choice of the articles.

Top of page

Full text

1La publication d'un numéro thématique de la revue L'Orientation Scolaire et Professionnelle dédié exclusivement à un pays est une nouveauté. Pourquoi donc consacrer autant d'attention à la Suisse et à ce qui est fait, dans ce pays, en matière d'Orientation Scolaire et Professionnelle (OSP) ? Tout d'abord, parce que, malgré la proximité géographique, les conceptions, les recherches et les pratiques de l'OSP peuvent parfois différer d'un pays à l'autre, du fait de spécificités sociales, politiques et économiques, mais aussi de traditions, d'influences et de « cultures » de l'orientation distinctes. Ensuite, et plus globalement, parce que depuis quelques années, un intérêt, voire un besoin d'ouverture à ce qui est fait en dehors des frontières régionales et nationales semble s'imposer dans ce champ (Athanasou & Van Esbroeck, 2008). En témoignent, notamment, l'essor de regroupements réunissant des chercheurs et des praticiens de plusieurs pays (e.g. International life design research group), ainsi que l'invitation de plusieurs revues scientifiques à des contributions internationales (e.g. la rubrique Global visions du Career Development Quarterly et l'International Journal for Educational and Vocational Guidance).

2Reste à s'interroger sur ce qui distingue, de facto, la Suisse d'autres pays comme la France. Au-delà des spécificités strictement liées aux pratiques, recherches et théorisations dans le champ de l'OSP, il est important de dessiner brièvement le cadre institutionnel et socioéconomique dans lequel l'orientation a lieu. Ceci dans le but de situer les contributions de ce numéro thématique dans leur contexte. Mentionnons tout d'abord une caractéristique clé de l'organisation politique de la Suisse qui a des répercussions directes sur le système d'OSP, soit l'existence de régions (les cantons) dont l'autonomie politique est relativement importante. Concrètement, ce système fédéral permet l'existence non pas d'un système national et unique d'OSP, mais plutôt de 26 systèmes cantonaux distincts qui s'inscrivent dans un cadre national général, tout en adaptant leur structure et leur fonctionnement aux spécificités et aux besoins particuliers de leur région. Parallèlement aux spécificités cantonales, des particularités linguistiques caractérisent ce pays, particularités qui se manifestent essentiellement par deux « cultures » de l'orientation différentes, celle alémanique et celle latine (réunissant les parties francophone et italophone de la Suisse).

  • 1  L'école obligatoire implique neuf années de scolarité et est fréquentée par des jeunes âgés entre (...)
  • 2  La scolarité postobligatoire est fréquentée à partir de l'âge de 15 ans. Le Secondaire II dure de (...)

3Une deuxième caractéristique distinctive de la Suisse concerne son système d'éducation, dont deux éléments nous paraissent centraux. D'une part, la scolarité obligatoire (école primaire et secondaire I, soit neuf années de scolarité)1 est organisée par niveaux, si bien que, à partir de la sixième année d'école – voire, dans certains cantons, déjà dès la cinquième – les élèves sont évalué-e-s et réparti-e-s dans la filière correspondant à leurs performances scolaires. Une sélection qui ne sera pas sans conséquences sur le parcours des élèves, même au-delà de la scolarité obligatoire, et qui implique notamment des démarches d'orientation précoces pour des filières professionnalisantes – ce qui montre bien le lien étroit entre système de formation et processus d'orientation (cf. Guichard, 2012). D'autre part, la scolarité postobligatoire (niveaux secondaire II et tertiaire)2 est caractérisée par la centralité de la formation professionnelle, qui, contrairement à la France, est la voie de formation la plus fréquemment choisie par les jeunes sortant de l'école obligatoire (Dubs, 2006). Par ailleurs, la plupart des jeunes en formation professionnelle optent pour un apprentissage en alternance, qui leur permet d'apprendre un métier au sein d'une « vraie » organisation productive. À nouveau, ce trait typique du système suisse de formation a des conséquences de poids sur la manière dont l'OSP se pratique. Il s'agit, par exemple, de soutenir des jeunes âgé-e-s de 15-16 ans dans la réalisation d'un choix non seulement scolaire, mais aussi professionnel, et de les accompagner dans la recherche d'une place de formation dans un marché de l'apprentissage.

4Enfin, le dernier élément qui semble distinguer la Suisse de la France et des autres pays occidentaux concerne le contexte économique local. Bien que dépendante de l'évolution des marchés internationaux, l'économie helvétique semble relativement bien composer avec les fluctuations de l'économie globale. L'évolution du taux de chômage, constamment en dessous de la moyenne de l'OCDE, en serait la preuve (OCDE, 2009). Au-delà de ces spécificités, la Suisse n'est pas immune aux influences du nouveau contexte socioéconomique, comme le montrent les deux illustrations suivantes. Premièrement, son marché du travail est amplement influencé par la globalisation économique, technologique et politique, ce qui se manifeste notamment par l'essor de « nouvelles » formes de travail et par l'émergence de nouvelles inégalités (Flückiger, 2007). Deuxièmement, comme dans la plupart des pays occidentaux, le processus de transition école-emploi se complexifie (Bertschy, Böni, & Meyer, 2007). Par exemple, la durée du passage de l'école obligatoire à la formation postobligatoire s'allonge. Par ailleurs, malgré un taux global de chômage relativement bas et stable, le chômage des jeunes semble très dépendant de la conjoncture, ce qui complexifie le processus d'insertion professionnelle des primo-emploi (Quintini & Martin, 2006).

5Les contributions de ce numéro thématique illustrent toutes, chacune à sa manière, ces spécificités du système helvétique d'OSP, inséré dans un cadre socioéconomique que la Suisse partage avec les autres pays occidentaux, au-delà de ses particularités. Trois « logiques » ont orienté le choix de ces contributions : une logique liée aux publics visés par l'OSP, ainsi qu'une volonté de considérer des travaux issus de plusieurs disciplines et perspectives. Concernant la logique centrée sur les « publics », les contributions qui suivent vont ainsi porter sur le large éventail de « bénéficiaires » de l'orientation : les élèves de l'école obligatoire et en transition vers la formation postobligatoire (Hirschi & Künzli) ; les apprenti-e-s en formation professionnelle (Stalder & Schmid) ; les adultes en (ré)insertion professionnelle (Évéquoz) ; les individus concernés par des transitions professionnelles d'insertion, de mobilité et de passage à la retraite (Zittoun & Masdonati) ; les étudiant-e-s universitaires futur-e-s psychologues conseillers ou conseillères d'orientation (Rossier, Meyer Eggenberger, & Perdrix). Cette variété de la clientèle de l'OSP montre bien la complexité et la richesse du travail des conseillers ou conseillères d'orientation dans la société de la « modernité tardive », travail qui, de toute évidence, ne vise désormais plus exclusivement les jeunes en milieu scolaire.

6Une deuxième logique sous-jacente au choix des contributions tend à mettre en exergue la pluralité des disciplines pouvant traiter, chacune selon son point de vue particulier, des questions d'orientation. Ainsi, les auteur-e-s de ce numéro thématique adoptent une multitude d'approches. Une compréhension psychologique (Hirschi & Künzli), psychosociale (Masdonati & Zittoun), sociologique (Stalder & Schmid), et éducative (Évéquoz) du conseil et de l'orientation permettent d'en dresser des tableaux différents, mais néanmoins complémentaires. Une telle approche multidisciplinaire vise à souligner l'intérêt et la nécessité d'intégrer et de considérer des manières différentes de penser et de lire l'OSP, dans un esprit de complémentarité et dans le souci d'appréhender les phénomènes concernés par l'orientation dans toute leur complexité. Ainsi, nous semble-t-il, l'utilisation de plusieurs « loupes » pour étudier un même objet ne peut qu'améliorer l'appréhension de cet objet.

7La troisième et dernière logique qui a orienté le choix des contributions de ce numéro thématique concerne la perspective adoptée par les auteur-e-s : parfois théorique (Masdonati & Zittoun), d'autres fois empirique (Hirschi & Künzli ; Rossier et al. ; Stalder & Schmid) ou pratique (Évéquoz). La visée était ici de faire dialoguer, ne serait-ce que virtuellement ou à distance, chercheur-e-s, théoricien-ne-s et praticien-ne-s, dans le but de réduire cet écart tant redouté et dénoncé entre monde académique et terrain (Walsh & Savickas, 2005).

8Nous espérons que la parution de ce numéro thématique permettra non seulement d'illustrer ce que la Suisse propose du point de vue de la recherche, de la théorisation et des pratiques d'orientation, mais aussi et surtout qu'elle constitue une source d'inspiration pour des échanges et des collaborations fructueuses entre praticiens et chercheurs par-delà les frontières nationales.

Top of page

Bibliography

▪ Athanasou, J. A., & Van Esbroeck, R. (Eds.). (2008). International handbook of career guidance. Dordrecht: Springer.

▪ Bertschy, K., Böni, E., & Meyer, T. (2007). Les jeunes en transition de la formation au monde du travail : survol de résultats de la recherche longitudinale TREE, mise à jour 2007. Berne : TREE.

▪ Dubs, R. (2006). Rapport d'expertise sur les questions concernant la formation professionnelle en Suisse. Bern : h.e.p.

▪ Flückiger, Y. (2007). Le système suisse de formation face aux mutations du marché du travail. Formation Emploi, 100, 5-14.

▪ Guichard, J. (2012). L'organisation de l'école et la structuration des intentions d'avenir des jeunes. In F. Picard & J. Masdonati (dir.), Les parcours d'orientation des jeunes : dynamiques institutionnelles et identitaires (pp. 15-50). Québec : Presses de l'Université de Laval.

▪ OCDE (2009). Études économiques de l'OCDE : Suisse. Paris : Éditions OCDE.

▪ Quintini, G., & Martin, S. (2006). Starting well or losing their way? The position of youth in the labour market in OECD countries. Paris: OECD Social, Employment and Migration Working Papers.

▪ Walsh, W. B., & Savickas, M. L. (Eds.). (2005). Handbook of vocational psychology: Theory, research and practice (3rd ed.). Mahwah, NJ: Lawrence Erlbaum Associates.

Top of page

Notes

1  L'école obligatoire implique neuf années de scolarité et est fréquentée par des jeunes âgés entre 6 et 15 ans. La scolarité primaire dure généralement six ans et le Secondaire I trois ans.

2  La scolarité postobligatoire est fréquentée à partir de l'âge de 15 ans. Le Secondaire II dure de trois à six années et comprend la formation professionnelle et la formation générale, cette dernière étant divisée en des écoles de culture générale et des écoles de maturité. Le Tertiaire, ou enseignement supérieur, est composé des hautes écoles et de la formation professionnelle supérieure.

Top of page

References

Electronic reference

Jonas Masdonati, Koorosh Massoudi and Jérôme Rossier, « Introduction », L'orientation scolaire et professionnelle [Online], 41/2 | 2012, Online since 07 June 2015, connection on 23 March 2017. URL : http://osp.revues.org/3826 ; DOI : 10.4000/osp.3826

Top of page

About the authors

Jonas Masdonati

By this author

Koorosh Massoudi

Jérôme Rossier

By this author

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Cnam Inetop - Formation et recherche en orientation
  • Revues.org