Skip to navigation – Site map

J. Clanet (dir.) Orientation scolaire et discrimination. Recherche/formation des enseignants. Quelles articulations ?

Rennes : Presses Universitaires.
Joëlle Mezza
Bibliographical reference

Rennes : Presses Universitaires.

Full text

1Comme son titre l’indique, cet ouvrage interroge, à travers douze contributions d’origine internationale, l’articulation entre la recherche en sciences de l’éducation et didactique des disciplines, et la formation des enseignants. Dans un contexte d’universitarisation de cette dernière, les auteurs questionnent les liens entre théories et pratiques d’enseignement ainsi que la façon dont chercheurs et praticiens peuvent collaborer. Les articles proposés apportent une pluralité d’éclairages à cette problématique : certains l’abordent de façon générique tant du point de vue de la formation initiale que de la formation continue des personnels concernés ; d’autres textes présentent des dispositifs d’études et ouvrent la réflexion sur des champs disciplinaires spécifiques. Ils éclairent tantôt des approches didactiques portant sur les contenus disciplinaires, tantôt des approches concernant l’organisation des pratiques pédagogiques elles-mêmes.

2Ces contributions présentent des points communs. Beaucoup soulignent l’importance d’indexer les recherches aux préoccupations concrètes des enseignants afin de favoriser un renouvellement des situations pédagogiques et d’être sources d’innovation. Pourtant cet objectif semble difficile à réaliser, tant les savoirs issus de la recherche en éducation restent fragiles et leur impact sur les pratiques d’enseignement opaque.

3Des questions transversales parcourent la pluralité des approches présentées : comment la théorie peut- elle être un point d’appui à l’intelligibilité des situations rencontrées en classe avec les élèves ? Quels outils méthodologiques permettent-ils d’instrumenter la réflexion des enseignants et faciliter l’analyse de leur action ? Comment la logique du chercheur, en quête de nouveaux savoirs, et celle du pédagogue, soucieux de résoudre des questions de terrain, peuvent-elles se rencontrer ? Les pratiques déclarées correspondent-elles aux pratiques observées et quels liens entretiennent-elles avec les pratiques conçues a priori ? Comment la recherche peut- elle à la fois répondre à des commandes institutionnelles, en vue par exemple d’accompagner la réforme de programmes disciplinaires, et préserver son objectivité en restant à distance des enjeux sociaux ?

4Les auteurs apportent quelques réponses à ces problématiques. Un premier ensemble d’articles montre que la recherche apparaît comme un moyen de professionnaliser les enseignants débutants à travers l’analyse de pratique et la rédaction de mémoires professionnels. En fournissant des grilles de lecture conceptuelles pour décrypter les situations d’enseignement, l’analyse de pratiques favorise le développement d’une pratique réflexive. Elle participe ainsi du processus de professionnalisation des enseignants et de la construction de leur identité professionnelle. Ce dispositif réflexif vaut aussi pour les enseignants expérimentés, les conduisant à interroger leurs choix pédagogiques, et de façon générale, les allants de soi dans lesquels ils sont installés. Un exemple d’analyse de l’activité des enseignants par des méthodologies issues de l’analyse du travail comme l’entretien en autoconfrontation croisée, nous est présentée à la fois en tant qu’outil de recherche, d’analyse et de formation pour les professionnels, mettant en jeu une visée compréhensive et transformative des situations dans la classe. Les démarches scientifiques mises en place par les chercheurs visent à décrire et analyser les pratiques effectives en considération des contraintes inhérentes à l’exercice du métier. Elles ont pour objectif de comprendre comment s’enseigne une discipline donnée et comment les innovations se diffusent dans le système éducatif. En cela, elles ont des retombées sur les situations de formations des professeurs eux-mêmes, provoquant une réflexion sur les axes stratégiques à développer à leur égard. La question du curriculum des instituts de formation reste entière.

5Cependant si la formation apparaît comme un moyen de diffusion des savoirs nécessaires pour enseigner, elle ne s’avère pas suffisante pour modifier profondément les pratiques de classe car la complexité de l’activité enseignante est sous-estimée. Les auteurs tentent d’apporter des réponses à cette problématique de fond par des exemples concrets d’études réalisées sur le terrain auprès des enseignants : pratiques d’évaluation des élèves en Education Physique et Sportive, évaluation formative à l’école primaire, pratiques pédagogiques en zone d’éducation prioritaire, « Système National d’appui » à l’accompagnement à l’innovation dans l’enseignement technique agricole. Toujours en appui sur des recherches de terrain, un article propose une réflexion sur ce que pourrait être la coopération entre professeurs et chercheurs, et sur la manière de dépasser le hiatus entre les logiques apparemment opposées qui guident leur action respective : logique actionnelle et pratique d’une part et logique centrée sur la théorie d’autre part. Un autre illustre cette collaboration à propos de la façon dont s’organise la pratique enseignante dans une tâche d’apprentissage de la lecture en Cours Préparatoire, à partir d’observations instrumentées en classe. Les observations réalisées permettent d’appréhender des savoir-faire construits par les enseignants difficilement repérables. Elles donnent ainsi à voir des dimensions peu accessibles de leur action, enrichissant ainsi leur potentiel réflexif en action. Deux contributions posent le problème de la désaffection des élèves du second degré pour les mathématiques et les sciences en général : comment créer des situations pédagogiques dans l’enseignement des mathématiques et des sciences qui motivent les élèves c’est-à-dire qui fassent sens pour eux, de façon à susciter leur engagement dans les apprentissages ? Les auteurs font appel à la didactique, à la psychologie de la motivation et au concept de rapport au savoir pour relever ce défi. Leurs préconisations vont dans le sens d’un transfert entre des résultats de la recherche vers la pratique en tenant compte des contraintes situationnelles des classes.

6Ces études font écho aux préoccupations des praticiens ou répondent à des demandes institutionnelles. Dans ce cas, elles ne sont pas toujours exemptes d’une dimension politique qui peut être antagoniste avec la visée de production de connaissances qui incombe à la recherche.

7Cet ouvrage, par la richesse des regards croisés qu’il propose, fait un état des lieux documenté de la réflexion sur la question de la légitimité des savoirs de la recherche souvent mis en concurrence avec les savoirs pragmatiques nécessaires aux acteurs de terrain. Si le rapport entre savoir théorique et développement des compétences professionnelles reste à éclaircir, le premier favorise des processus d’autorégulation et de soutien du côté des enseignants, mais doit se prémunir de toute visée prescriptive de l’action. L’intérêt de ce livre réside également dans le fait que ces réflexions font écho à d’autres situations de formation de professionnels et sont donc transférables à d’autres champs d’articulation théorie-pratique.

Top of page

References

Electronic reference

Joëlle Mezza, « J. Clanet (dir.) Orientation scolaire et discrimination. Recherche/formation des enseignants. Quelles articulations ? », L'orientation scolaire et professionnelle [Online], 42/2 | 2013, Online since 07 June 2016, connection on 21 August 2017. URL : http://osp.revues.org/4235

Top of page

About the author

Joëlle Mezza

By this author

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Cnam Inetop - Formation et recherche en orientation
  • Revues.org