Skip to navigation – Site map

Fondation Médéric Alzheimer, Jean-Pierre Association France Alzheimer, B. Aquino, J. Lavallart. Assistant de soins en gérontologie. F. Giust-Desprairies. Les AMP. Construction d’une identité professionnelle.

Paris : Éditions Elsevier- MassonParis : Dunod.
Ginette Francequin
Bibliographical reference

Paris : Éditions Elsevier-Masson

Paris : Dunod.

Full text

1Deux ouvrages viennent de sortir et s’adressent aux aides médico-psychologiques. Ces professionnelles s’occupent soit des personnes âgées, soit des personnes handicapées.

2Le premier livre (Assistant de soins en gérontologie) est l’œuvre de deux gériatres, les docteurs Jean Pierre Aquino et Benoît Lavallard et d’une psychologue Judith Mollard. Ils ont coordonné les contributions de collaborateurs de diverses disciplines (diététique, musique, économie, psychomotricité, professions sociales), ont réfléchi avec des médecins cadres de santé et infirmiers pour faire un ouvrage en 10 parties dont quatre sont particulièrement importantes et concernent la maladie d’Alzheimer ; l’accompagnement et les soins dans la vie quotidienne ; la réhabilitation et la stimulation par les activités, et prévenir la maltraitance, promouvoir la bientraitance. Le tout avec ses 270 pages se présente comme un manuel de formation complété par des études de situations et des fiches techniques.

3Le second ouvrage est issu d’une recherche de Florence Giust-Desprairies, professeure de Psychologie à l’Université Paris VII ; Co-Directrice du Laboratoire du changement social et Présidente du CIRFIP. Ce livre Les AMP. Construction d’une identité professionnelle, 2013, s’adresse aux professionnels de secteur de l’aide médico-psychologique qui rassemblait 42 000 AMP en 2010, et à tous les acteurs de l’accompagnement qui suivent et interprètent l’indicible, mobilisant leurs qualités psychiques et cognitives pour « rencontrer l’énigme de l’autre » explique l’auteur dans la quatrième de couverture. De fait, l’ouvrage est le reflet d’une recherche d’une année, commanditée par l’association Handas (Handicaps Associés) dont les lieux sont des foyers de vie et des maisons d’accueil spécialisée et a concerné une vingtaine de professionnels.

4La recherche a fait appel à l’approche psychosociale centrée sur l’expérience du sujet (aide médico-psychologique) en situation de travail qui construit « en tension » son identité professionnelle. La méthode est l’écoute en groupe avec construction d’un récit (le dispositif est un processus narratif, temporel qui permet l’expression de l’histoire individuelle et collective). Comment se défendent les AMP face à des menaces redoutées ou avérées, comment se protéger de la vulnérabilité ?

5L’ouvrage comprend sept parties. Nous insisterons sur la première qui fait un état des lieux :

6Cette première partie passe en revue la littérature existante sur ce thème après un rapide sur l’historique statistique du métier qui existe depuis 1972 par un arrêté ministériel : des femmes pour 80 % des postes, de niveau inférieur au baccalauréat, de moyenne d’âge 33 ans exercent des tâches polyvalentes et le métier semble positionné dans le sanitaire, le social et l’éducatif. Des auteurs s’intéressent aux valeurs des professionnels (Durual & Perrard), d’autres fin des années 1990 s’intéressent aux représentations sociales et au binôme relationnel – professionnel et personne handicapée – (Chavaroche, Ion & Tricart) et insistent sur le rôle éducatif qui se distingue de « aide, animation et assistance ».

7Plus récemment (2006) Horrach relève l’évolution des représentations sociales depuis 40 ans, en lien avec l’avancement des connaissances scientifiques et l’action réciproque des familles et des professionnels. De PCV (Pipi Caca Vomi- « serpillothérapeute », l’auteur interroge l’expertise spécifique de l’AMP sa dimension éthique, son rôle de personne ressource au sein d’une équipe pluridisciplinaire. Sa posture sur ce travail de « précision et de complexité » est soutenue par le psychiatre Christian Petel. Être professionnel AMP serait « désirer aller au-delà du bien, au-delà du possible, au-delà de l’imaginable qui nous fait nous résigner ».

8Après avoir examiné les inclassables fonctions de l’AMP (ex aides-maternelles), les lecteurs noteront l’apport de Chantal Jouglar, directrice d’un Institut, qui distingue le référentiel professionnel des pratiques de fonctions, et celui de Nicole Lompre, psychanalyste et philosophe qui explore les risques du métier, « entre mise en scène et mise en œuvre , entre technicité et humanisation ». Le quotidien de l’AMP présente fortement un temps séquencé porteur de sens pour la personne : la toilette, où le toucher laisse passer des émotions (attrait, tendresse ou répulsion) et le repas qui permet l’apprentissage des codes sociaux et une expérience sensorielle. Le coucher avec son rituel d’endormissement (le change, la fermeture d’une porte , une veilleuse, un geste de réassurance).

9Les enjeux de la formation sont examinés (Dréano, 1997, 2010, & Aime, 2009) à la lumière de la réforme de 2006 qui a crée un premier niveau V éducatif avec certification par le DEAMP, qui ouvre à la VAE : 495 heures théoriques et 24 semaines de formation pratique. Marie-Claude Poujoulet, responsable de formation satisfaite de cette réforme insiste sur la mise en acte du « principe d’humanité », idée reprise par la journaliste Caroline Sedrati-Dinet qui cherche à comprendre « le cœur de métier qui s’ancre dans les petits détails de rien du tout qui font une vie »

10Sept compétences sont définies : instaurer une relation, communiquer avec l’usager ; identifier les besoins, aider dans les soins d’hygiène ; veiller à la sécurité ; développer, stimuler, restaurer l’autonomie ; aider à la mobilité ; auto évaluer et réajuster son action. Les compétences collectives ont énoncées par l’ouvrage d’Amistini et Schaller, (2008)

11Elisabeth Zucman (1998) insistait sur la dépendance. En 2009, Marie Canali et Gilles Brandidas apportent un éclairage sur la subjectivité de la personne dépendante (dépendance aux pulsions) et un directeur Yves Cellot interroge la possibilité d’inverser le regard sur le handicap et de postuler l’indispensable.

12Tous les textes ouvrent le champ d’investigation du poly handicap et place la personne au centre du débat en interaction avec l’AMP. L’insistance sur la valeur humaine de l’AMP est importante.

13La deuxième partie aborde « L’identité professionnelle » en deux chapitres qui travaillent les verbatim des récits des AMP à propos de leur fiche de poste, de leurs compétences et du déroulement de la journée type. On découvre combien les activités font l’objet de négociations constantes selon la situation rencontrée et l’importance des groupes de paroles et analyses de pratiques pour réguler les conflits potentiels

14La partie 3 « Identité et représentations des AMP », traite du regard des professionnelles sur elles-mêmes, avec les jeux de place et enjeux de coopération avec les éducateurs spécialisés, les aides soignants, comment se différencier et partager ? L’écriture de rapports ou de transmissions est un enjeu alors que les groupes d’analyses de pratiques reconnaissent mieux la valeur des AMP. Le handicap bouleverse et exige un travail collectif avec des échanges.

15La partie 4 « Construction et fragilisation de l’identité AMP » rend compte du matériau recueilli dans les premières rencontres de la recherche qui touche le chercheur (sentiment d’étrangeté, relation de proximité, place singulière de la personne polyhandicapée, le rapport à la famille, l’inquiétude des parents, et pose la question de la mort possible du résident. Le rapport à la sexualité est aussi délicat. Florence Giust-Desprairies présente les limites à l’engagement des AMP qui parlent de lieu privé, d’intimité entre les personnes handicapées et se perçoivent comme espace frontière, sans régler la question de la gêne face aux parents, entre les professionnels. « On n’intervient pas » semble la ligne de conduite adoptée et les AMP distingue clairement les jeux qui relèvent du sensoriel, du sensuel et du sexuel. Mais elles précisent que « ce n’est jamais agréable de faire irruption dans cette intimité »et tous les AMP insistent sur l’importance d’un travail de régulation institutionnelle.

16Les chapitres 10 et 11 de cette partie 4 traitent aussi des mises en difficulté dans un contexte organisationnel et dans un contexte intime et pose la question du « ce qui ferait bien partir », « ce qui fait rester », et du « que faire ? » avec toutes les constructions défensives à mettre en œuvre pour pallier aux souffrances des personnes tout en gardant sa place au plus « juste de la proximité» et les professionnels doivent « euphémiser » la mort et ne jamais la nommer alors qu’elle plane en permanence. Tout ce travail défensif fragilise les idéaux qui soutiennent les investissements et les AMP estiment « qu’il y a encore à trouver dans l’institution des dispositifs qui permettent d’en traiter »

17La partie 5 avec deux chapitres touche les questions des petites et grandes histoires qui font entrer dans le métier, avec les modèles identificatoires, les expériences vécues pendant l’enfance, l’adolescence, les lectures de romans, les grands-parents et leur rôle (soin, soumission, récits de tragédies).

18Une idée de la formation est envisagée en partie 6, formation continuée en permanence sur les attitudes, les relations : ce ne peut pas être « que technique », c’est une disposition au soin, à l’attention à l’autre qui est polyhandicapé, à son autonomie et à l’assistance mêlées.

19Le dispositif de recherche clinique semble le plus adéquat « recherche-formation » : l’idée de faire reposer la pâte, dit une AMP, intérioriser, pour mieux prendre conscience de la dimension personnelle attachée à la construction identitaire professionnelle et à l’influence de l’environnement. La réflexivité est continue et apporte de l’assurance, de la confiance, en bref, partager en groupe est ressenti comme un moment clé du processus de déplacement « faire un retour sur son enfance, sur soi, facilite les ressentis ».

Top of page

References

Electronic reference

Ginette Francequin, « Fondation Médéric Alzheimer, Jean-Pierre Association France Alzheimer, B. Aquino, J. Lavallart. Assistant de soins en gérontologie. F. Giust-Desprairies. Les AMP. Construction d’une identité professionnelle. », L'orientation scolaire et professionnelle [Online], 42/4 | 2013, Online since 07 December 2016, connection on 22 October 2017. URL : http://osp.revues.org/4252

Top of page

About the author

Ginette Francequin

By this author

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Cnam Inetop - Formation et recherche en orientation
  • Revues.org