Skip to navigation – Site map

Bauman, Z. La vie liquide.

Paris : Fayard
Agnès Falabrègues
Bibliographical reference

Z. Bauman

Paris : Fayard

Full text

1Dans son livre La Vie liquide, Bauman décrit nos sociétés contemporaines comme des univers sans repères, sans réelles structures, si ce n’est celle d’un mouvement permanent, à l’image des vagues d’un univers liquide. La vie dans toutes ses manifestations (professionnelle, sentimentale, loisirs, familiale, culturelle) y est assujettie au temps et à la consommation. Tout doit disparaître vite pour laisser la place à du nouveau (concept, produit, amant, travail, identité, etc.). C’est le règne du jetable, car chaque chose jetée permet l’acquisition d’une nouvelle chose. Plus l’utilisation est courte, plus cela va vite, mieux c’est : le mouvement des flux en est facilité, l’économie tourne. Dans cette société, donc, la personne humaine est chosifiée sans vergogne, au nom du progrès et de l’efficacité économique. Il est important, alors, d’être dans la course, sans défaillances, « performant », adaptable, modifiable et transformable à l’envie au risque de devenir un « déchet » à remplacer.

2Dans un tel contexte liquide, qu’est-ce que l’orientation ? Quel rôle peut-elle jouer ? Quels enjeux et quelles difficultés rencontre-t-elle ? Désormais, l’éducation tout au long de la vie est une évidence pour pouvoir adapter ses compétences au caractère extrêmement volatile du marché. Tel savoir est utile un jour et devient obsolète le lendemain. Il s’agit d’apprendre en permanence pour ajuster sa cible et d’oublier aussi vite pour ne pas se surcharger. On apprend, mais des compétences jetables, immédiatement utilisées et aussi rapidement délaissées.

3Le marché de la formation devient lui-même un commerce mercantile qui tend à profiter surtout aux plus fortunés. Or, ces derniers sont aussi, dans une société liquide, ceux qui ont le plus de cartes en mains pour s’adapter au marché : proximité avec le pouvoir, bonne formation initiale, réseau et capacité de payer pour les meilleures formations. « La vitesse avec laquelle les compétences acquises se dévaluent et celle à laquelle les demandes des marchés du travail évoluent permettent aux plus honnêtes des marchands de contribuer aux répercussions sociales désagréables de la nouvelle et massive dépendance au savoir », écrit Bauman (2013, p. 191).

4Ainsi, le marché de l’enseignement et de la formation professionnelle a tendance à amplifier les injustices plutôt que les réduire. C’est d’autant plus vrai que l’État s’est d’une certaine façon désengagé, car les moyens nécessaires à une orientation vraiment démocratique sont coûteux. Quant aux entreprises, elles ne conçoivent l’orientation que du point de vue de la compétitivité et de la performance à court terme, et négligent généralement l’aspect humain qui rend celle-ci pérenne.

5Bauman en appelle dans ce livre à la responsabilité de la société pour une vie économique plus ouverte à tous. Elle implique la nécessité de reconstruire le cadre d’une coopération intelligente, pour recréer ensemble un nouvel espace public humain. Dans cet espace, l’économie devrait servir l’humanité et non l’inverse. L’éducation tout au long de la vie devrait s’appliquer non seulement aux compétences, mais aussi (et peut-être surtout) à la citoyenneté. Ainsi n’est-il pas interdit d’espérer utiliser ce monde rapide pour inventer un monde plus hospitalier à l’humanité.

Top of page

References

Electronic reference

Agnès Falabrègues, « Bauman, Z. La vie liquide. », L'orientation scolaire et professionnelle [Online], 43/2 | 2014, Online since 02 June 2017, connection on 23 September 2017. URL : http://osp.revues.org/4389

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Cnam Inetop - Formation et recherche en orientation
  • Revues.org