Skip to navigation – Site map

G. André. L’orientation scolaire. Héritages sociaux et jugements professoraux.

Paris : Presses Universitaires de France.
Cécile Piret
Bibliographical reference

G. André

Paris : Presses Universitaires de France.

Full text

1L’ouvrage de Géraldine André porte sur l’orientation scolaire des jeunes issus de milieux populaires vers des formes dominées de l’enseignement secondaire telles que l’enseignement professionnel. Cependant, l’apport de ce travail dépasse largement le cadre de la sociologie de l’éducation puisqu’il invite à repenser, à travers l’orientation scolaire et professionnelle, la question des relations structurantes entre l’identité, la culture et la classe sociale.

2Son enquête socio-anthropologique, impliquant une présence sur place continue pendant deux années dans le bassin désindustrialisé de Charleroi, en Belgique, distingue deux terrains et de ce fait deux groupes d’acteurs de l’orientation scolaire : deux établissements d’enseignement de type professionnel et leurs élèves, ainsi que les instances d’orientation et leurs agents dans trois établissements d’enseignement général. L’intérêt certain de cette méthode ethnographique est d’observer la reproduction scolaire et sociale « en train de se faire », à travers le suivi des jeunes et de leur milieu familial, et par l’observation des jugements professoraux s’exprimant lors des conseils de classe. Cette méthode permet ainsi d’observer le caractère routinier du social qui implique de mettre en évidence les processus continus de mise en cohérence du réel mis en œuvre par les acteurs.

3Le cadre théorique s’articule autour de deux auteurs, Pierre Bourdieu et Paul Willis, et conjugue leurs apports, complémentaires, tout en les dépassant. D’abord, il y a le dépassement d’un domino-culturalisme et d’un misérabilisme sous-jacents à certaines recherches bourdieusiennes (Bourdieu, 1979 ; 1993). Ensuite, il y a une volonté de nuancer et d’approfondir la thèse de Willis (1978) d’une « culture contre l’école », cette fois dans un contexte de désindustrialisation, en rendant visible les processus symboliques de résistance et de conformisme mis en œuvre par les acteurs. Cette articulation permet donc à la fois de donner son importance aux héritages sociaux tout aux capacités d’action des acteurs, d’où découle une définition de l’orientation scolaire et professionnelle « comme le résultat d’une pratique qui reflète l’appropriation des structures objectives par la médiation d’une culture, d’un style de vie, d’un habitus » (p. 19).

4Dans la première partie de l’ouvrage, l’auteure décrit comment la situation socio-économique de la famille et son inscription dans un réseau de sociabilité plus ou moins dense influencent l’ouverture des jeunes à l’école et à ses normes dominantes. À travers la description de portraits des jeunes, portraits qui exposent de multiples logiques sociales conflictuelles, différentes combinaisons de logiques populaires et de catégories scolaires ressortent : la résistance, l’opposition, la culture comme « principe », la dissociation conformiste et l’instrumentalisme. Le remaniement de l’héritage familial oscille entre appropriations, « processus largement non conscient d’application des contenus culturels transmis » (p. 91), qu’ils soient signifiants ou non, et réappropriations, où le bagage culturel transmis est l’objet de remise en question et de travail de mise en cohérence par le jeune. Les configurations familiales amènent tantôt au renforcement de la culture ouvrière qui est significative pour le jeune, tantôt à son rejet et au surinvestissement dans l’institution scolaire. Si le rôle de la sphère familiale est très bien décrit, il serait utile de considérer plus systématiquement d’autres aspects de la socialisation de classe, par exemple, la socialisation avec les pairs ou la socialisation genrée, afin d’éviter le risque de la réduire à la socialisation familiale.

5Dans la seconde partie, ce sont les pratiques des acteurs institutionnels qui sont analysées. Les professeurs et les responsables des centres psycho-médico-sociaux jugent d’abord la trajectoire scolaire du jeune selon leurs valeurs propres, reflétant leur position dans l’espace social, qui sont celles des classes moyennes à capital culturel relativement élevé. Ce sont à travers leurs catégories de perceptions et de jugements qu’est évaluée la légitimité d’une trajectoire scolaire et de ses réorientations. Par exemple, c’est au nom des logiques de la réalisation de soi et de la mobilité que le familialisme et le localisme de certains jeunes des milieux populaires sont perçus négativement. Ils tendent à orienter les jeunes vers l’enseignement général, lieu d’accomplissement des qualités valorisées, et à dénigrer voire à stigmatiser l’enseignement professionnel. Ensuite, les pratiques de réorientation sont rendues compte selon la position de l’établissement dans le champ scolaire. André propose une mobilisation originale de la théorie des champs de Bourdieu, en attribuant, d’une part, un volume de capital économique et culturel aux établissements scolaires, ce qui, reconnait l’auteure, n’est pas facile à mesurer et peut donc sembler approximatif ; et d’autre part, en liant la position dans le champ et l’éclosion de questionnements éthiques pluriels dans le jugement professoral. L’absence ou la présence de dominante morale au sein de l’établissement détermine les degrés de dissonances, de certitudes et de légitimités des pratiques et jugements scolaires. Entre l’aisance de juger et le malaise de la reproduction, l’analyse en matière de champ permet ici de nuancer pertinemment les thèses du déclin des institutions.

6Les questions théoriques soulevées par l’ouvrage concernent notamment les rapports entre héritage culturel et processus d’individualisation et d’individuation, questions fondamentales pour repenser les rapports de classe. Les pistes de recherches que ce livre propose tendent à reconsidérer la notion de classe sociale, malmenée dans les débats académiques. Par exemple, la notion de classe ouvrière, traditionnellement définie et analysée comme ensemble collectif, a été délaissée lorsque les transformations du marché du travail ont fragmenté ces groupes. Or, la compréhension des mécanismes de l’orientation scolaire ne peut se passer des effets de l’origine sociale sur la carrière scolaire. C’est en combinant trajectoires individuelles et héritage culturel que la notion de classe sociale peut être réactualisée et être à nouveau pertinente pour déchiffrer ces processus (Savage, 2000).

■ Bourdieu, P., (1993). La Misère du monde. Paris : Seuil.

Bourdieu, P., (1979). La Distinction. Paris : Éditions de Minuit.

■ Savage, M., (2000). Class Analysis and Social Transformation. Philadelphia: Open University Press.

Willis, P., (1978). L’école des ouvriers. Actes de la recherche en sciences sociales, 24, 50-6

Top of page

References

Electronic reference

Cécile Piret, « G. André. L’orientation scolaire. Héritages sociaux et jugements professoraux.  », L'orientation scolaire et professionnelle [Online], 43/4 | 2014, Online since 01 April 2016, connection on 19 November 2017. URL : http://osp.revues.org/4763

Top of page

About the author

Cécile Piret

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Cnam Inetop - Formation et recherche en orientation
  • Revues.org