Skip to navigation – Site map
Analyses bibliographiques

A. Ehrenberg. L’individu incertain

Paris : Hachette, 1995
Audrey Chauvy
p. 267-268
Bibliographical reference

Paris : Hachette

Full text

1Après la Seconde Guerre mondiale, la France entre progressivement dans la modernité et dans une dynamique d’émancipation. Elle offre alors des perspectives de progrès à tous les niveaux (technologique, protection sociale, confort...) qui s’accompagnent d’un espoir généralisé d’ascension sociale chez les classes populaires et d’une centration sur soi laissant à chacun la possibilité de choisir sa propre vie, au lieu de s’adapter, comme par le passé, à un destin tout tracé dont il était difficile de s’écarter. Néanmoins, cette possibilité nouvelle de choisir son destin implique des prises de décisions permanentes. S’opère alors un report sur l’individu – quelle que soit sa position dans la hiérarchie sociale – de nombreuses responsabilités, auparavant prises en charge par l’action publique et les institutions. La démocratie laisse ainsi à l’individu conquérant, pris dans une nouvelle configuration normative dans laquelle domine la norme d’autonomie, la fonction d’être son propre guide, tenu de construire, par lui-même, ses propres repères. D’où l’émergence d’une nouvelle figure qu’Alain Ehrenberg se propose d’examiner : celle de l’individu incertain.

2Pour soutenir l’individu, une panoplie de ressources se trouve à sa disposition. L’auteur les regroupe en deux catégories. Il y a tout d’abord les moyens d’action sur soi de la pharmacologie (drogues illicites, tranquillisants, antidépresseurs) qui favorisent les capacités d’action (désinhibition, dynamisme, efficacité, créativité...). Il y a ensuite les mises en scène de soi des technologies de la communication (interactivité, reality-shows, cyberespace) qui offrent reconnaissance et repères.

3C’est à partir de ces deux objets que l’auteur tente de saisir les enjeux relatifs à la montée de l’individualisme. Sa démarche est celle d’une sociologie transversale et comparative voulant contribuer à l’élaboration d’une anthropologie critique de la démocratie. Cette démarche vise, d’une part, à retrouver, à travers des pratiques de masse, une relation entre pensée de la politique et pensée de la société, aujourd’hui brouillée. Elle vise, d’autre part, à approcher la toxicomanie et la télévision comme des mythologies de la liberté qui rendent compte des problèmes que pose la question de la liberté : limites du droit à disposer de soi au-delà desquelles on perd le contact avec l’autre, c’est-à-dire que l’on ne fait plus société (toxicomanie) et limites de l’appropriation privée de l’espace public au-delà desquelles on perd le contact avec soi (spectacles de réalité).

4Ainsi, cet essai, qui a pour objectif de penser les limites et les dilemmes de la responsabilité en mettant en avant les changements de relation entre le privé et le public par le biais de l’évolution de la toxicomanie et de la télévision populaire, se situe d’emblée sur le terrain politique.

Top of page

References

Bibliographical reference

Audrey Chauvy, « A. Ehrenberg. L’individu incertain », L'orientation scolaire et professionnelle, 34/2 | 2005, 267-268.

Electronic reference

Audrey Chauvy, « A. Ehrenberg. L’individu incertain », L'orientation scolaire et professionnelle [Online], 34/2 | 2005, Online since 28 September 2009, connection on 21 October 2017. URL : http://osp.revues.org/508

Top of page

About the author

Audrey Chauvy

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Cnam Inetop - Formation et recherche en orientation
  • Revues.org