Skip to navigation – Site map
Analyses bibliographiques

B. Charlot. Le Rapport au Savoir en milieu populaire. Une recherche dans les lycées professionnels de banlieue

Paris : Anthropos, 1999
Emmanuelle Reille-Baudrin
p. 272-273
Bibliographical reference

Paris : Anthropos

Full text

1Basés sur l’analyse approfondie d’une recherche qui déborde largement le cadre de cet ouvrage, les travaux de l’équipe E.S.C.O.L. (département de sciences de l’éducation, Université Paris 8 Saint-Denis) constituent une mine d’informations, de connaissances et de réflexions qui balayent les préjugés, les prêts-à-penser, les lieux communs à propos des jeunes en difficulté dans le système scolaire, orientés à l’issue de la classe de troisième vers la voie professionnelle. Par exemple, « on a souvent présenté l’enfermement dans le court terme comme l’une des caractéristiques des classes populaires et l’absence de “projet” comme l’une des causes de l’échec scolaire de leurs enfants. Les données recueillies ne vont pas dans ce sens » (p. 62). Ou bien encore, dans un autre domaine, la relation aux professeurs des jeunes de lycée professionnel n’est pas affective contrairement à ce que pensent beaucoup d’enseignants.

2De l’école primaire, au collège, au lycée général et technologique puis au lycée professionnel, l’équipe de Bernard Charlot a conduit une recherche dont l’ampleur n’a pas nui à la qualité. La méthodologie de recueil de données, « bilans de savoirs et entretiens semi-directifs approfondis », apportent des éléments quantitatifs et qualitatifs précieux. Quels sens les élèves de lycées professionnels font-ils de cette orientation rarement choisie ? Quelle place occupe le métier dans leur rapport au savoir ? Pourquoi et comment certains enfants de milieu populaire réussiront-ils à échapper à leurs probabilités statistiques de réussite ?

3Ce livre alterne analyses et paroles de jeunes. Il suscite chez le lecteur l’envie d’engager un débat de société. Bernard Charlot réussit à donner une « lecture en positif » de l’expérience des jeunes et à échapper aux représentations dominantes en conduisant un réel débat scientifique autour « des formes hétérogènes de l’apprendre et de la subjectivité, sans hiérarchiser implicitement ces formes », échappant ainsi au risque de « présenter son clone fantasmatique comme le vrai sujet, détenant le vrai savoir ». Les propos rapportés de ces jeunes lycéens, tout au long de ce livre, contribuent à préserver le lecteur de ce danger. Enfin, pour une approche complète de la question, il semble intéressant de compléter sa lecture par le texte d’élaboration théorique sur le rapport au savoir, publié en 1997 par Bernard Charlot : « Du Rapport au Savoir. Éléments pour une théorie » (Anthropos). Mais, pour conclure en étant fidèle à la démarche de Charlot, qui souligne l’importance de nourrir ses analyses de la parole de jeunes, citons l’un d’eux : « Je préfère être au boulot qu’à l’école (pourquoi ?) Ben parce que déjà tu es beaucoup plus libre... Déjà, tu as la liberté de penser, qu’à l’école tu as pas la liberté de penser ». (G., 25 ans, titulaire d’un bac professionnel structures métalliques, manutentionnaire en interim).

Top of page

References

Bibliographical reference

Emmanuelle Reille-Baudrin, « B. Charlot. Le Rapport au Savoir en milieu populaire. Une recherche dans les lycées professionnels de banlieue », L'orientation scolaire et professionnelle, 34/2 | 2005, 272-273.

Electronic reference

Emmanuelle Reille-Baudrin, « B. Charlot. Le Rapport au Savoir en milieu populaire. Une recherche dans les lycées professionnels de banlieue », L'orientation scolaire et professionnelle [Online], 34/2 | 2005, Online since 28 September 2009, connection on 30 April 2017. URL : http://osp.revues.org/519

Top of page

About the author

Emmanuelle Reille-Baudrin

By this author

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Cnam Inetop - Formation et recherche en orientation
  • Revues.org