Skip to navigation – Site map
Analyses bibliographiques

A. Bandura. Auto-efficacité. Le sentiment d’efficacité personnelle

Paris : Éditions De Boeck Université, 2003
Maïlys Rondier
p. 475-476
Bibliographical reference

Paris : Éditions De Boeck Université

Full text

1Albert Bandura est docteur en psychologie et enseigne à l’université de Stanford (Californie). Il est l’auteur de L’Apprentissage social (Mardaga, 1985).

2Depuis les années 80, Albert Bandura s’intéresse au sentiment d’efficacité personnelle. Ce concept s’inscrit dans le cadre de la théorie sociocognitive (théorie issue du béhaviorisme et du cognitivisme). Selon cette théorie, le fonctionnement et le développement psychologique doivent être compris en considérant trois facteurs en interaction : le comportement, l’environnement et la personne. Ces facteurs s’influencent réciproquement mais n’ont pas forcément le même impact. On parle alors de causalité triadique réciproque. Cette théorie considère les individus comme des agents actifs de leur propre vie – d’où la notion d’agentivité – qui exercent un contrôle et une régulation de leurs actes. La notion d’« agentivité » reconnaît également la capacité des individus à anticiper et à ajuster leurs actes. Le système de soi est une des composantes de la personne, il est constitué de cognitions qui reflètent l’histoire du sujet. Un élément central du système de soi est le sentiment d’efficacité personnelle.

3Le sentiment d’efficacité personnelle désigne les croyances des individus quant à leurs capacités à réaliser des performances particulières. Il contribue à déterminer les choix d’activité et d’environnement, l’investissement du sujet dans la poursuite des buts qu’il s’est fixé, la persistance de son effort et les réactions émotionnelles qu’il éprouve lorsqu’il rencontre des obstacles. Il existe des sources du sentiment d’efficacité personnelle qui permettent de le construire et de le modifier :

  • L’expérience active de maîtrise est une des sources les plus influentes sur la croyance en l’efficacité personnelle car elle est fondée sur la maîtrise personnelle des tâches à effectuer. Plus un individu vivra un succès lors de l’expérimentation d’un comportement donné, plus il sera amené à croire en ses capacités personnelles pour accomplir le comportement demandé. Le succès, lorsqu’il n’est pas trop facile, renforce la croyance en l’efficacité personnelle alors que les échecs réduisent ce sentiment.

  • L’expérience vicariante ou l’expérience indirecte consiste en un apprentissage qui repose sur le phénomène des comparaisons sociales, c’est-à-dire sur l’observation. Le fait d’observer des pairs vivre sans controverse une situation jugée préalablement conflictuelle peut influencer et renforcer la propre croyance des observateurs en leurs capacités de réussir. Au contraire, l’observation de l’échec d’un pair peut remettre en doute sa propre efficacité.

  • La persuasion verbale signifie qu’à travers des suggestions, des avertissements, des conseils et des interrogations, les participants peuvent être amenés vers la croyance qu’ils possèdent le potentiel pour effectuer avec succès le comportement qui, autrefois, les embarrassait. Les croyances générées de cette façon sont d’ampleur plutôt faible lorsqu’elles sont utilisées seules, compte tenu du fait que les participants ne sont pas amenés à vivre une expérience. De plus, les résultats peuvent être influencés par des facteurs tels que l’expertise, la crédibilité et l’attrait exercé par la personne ressource.

  • Les états physiologiques et émotionnels jouent un rôle dans le sentiment d’efficacité personnelle. Lorsqu’une personne associe un état émotionnel aversif tel que l’anxiété avec une faible performance du comportement demandé, cela peut l’amener à douter de ses compétences personnelles pour accomplir ce comportement et ainsi conduire à l’échec. Par contre, les individus seront plus enclins à croire au succès s’ils ne sont pas gênés par un état aversif.

4Ces quatre sources d’information permettent aux individus d’acquérir un certain degré d’efficacité personnelle pour un comportement donné. Selon l’individu, le moment et le contexte en question, chacune de ces sources pourra être complémentaire des autres.

5La théorie du sentiment d’efficacité personnelle est utilisée dans de nombreux domaines tels que l’éducation, le travail, la santé, les phobies, le sport et même dans des actions collectives – telles que celles du domaine sociopolitique – qui sont marquées par la croyance partagée par les citoyens en leurs capacités à provoquer des changements par le biais d’une action collective.

Top of page

References

Bibliographical reference

Maïlys Rondier, « A. Bandura. Auto-efficacité. Le sentiment d’efficacité personnelle », L'orientation scolaire et professionnelle, 33/3 | 2004, 475-476.

Electronic reference

Maïlys Rondier, « A. Bandura. Auto-efficacité. Le sentiment d’efficacité personnelle », L'orientation scolaire et professionnelle [Online], 33/3 | 2004, Online since 28 September 2009, connection on 24 November 2014. URL : http://osp.revues.org/741

Top of page

About the author

Maïlys Rondier

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Cnam Inetop - Formation et recherche en orientation
  • Revues.org